Accueil / Politique / Isabelle Ameganvi:  » c’est l’UFC qui a menacé de nous attaquer en justice « 

Isabelle Ameganvi:  » c’est l’UFC qui a menacé de nous attaquer en justice « 

Partagez ceci :

La crise politique au Togo n’oppose pas que l’opposition et le parti au pouvoir. Alors qu’elles se disent de l’opposition, certaines formations politiques seraient pourtant prêtes à intenter des actions en justice contre d’autres partis du même bord. C’est ce que confie Isabelle Ameganvi. D’après la présidente du groupe parlementaire ANC, l’UFC s’apprête à mener une action en justice contre la Coalition des 14 partis de l’opposition, pour contester la « désignation unilatérale » des représentants des partis politiques extra-parlementaires à la CENI.

Reçue ce mardi sur une radio de la place et rapportée par afreepress, Isabelle Ameganvi explique que :« c’est l’UFC qui a menacé de nous (parlant de la C14) attaquer en justice parce qu’ils ont cru devoir m’envoyer un courrier dans lequel l’UFC réclame non seulement une place au sein des partis de l’opposition parlementaire, mais soutient qu’elle a son mot à dire dans le choix des deux représentants des partis extra-parlementaires de l’opposition et du représentant de la société civile ». 

Aussi, ajoute-t-elle l’UFC, dans la lettre, menace d’introduire un recours en justice si sa demande de reprise du processus de désignation des deux représentants des partis parlementaires et celui de la société civile, n’est pas prise en compte.

Pour ce qu’il en est de la position de la C14 face à cette menace, elle a soutenu: « Nous attendons que l’UFC introduise un recours si tant est que ce problème est gérable par la justice. Nous, nous avons fait notre part conformément à l’accord qui a été obtenu avec la CEDEAO et donc, nous estimons que ce que l’UFC est en train de faire aujourd’hui ne peut pas remettre en cause l’accord obtenu. Un accord politique est au-dessus des lois d’un pays. Dans la nomenclature des normes juridiques, un accord est au-dessus des normes internes ».

Avocate de profession, Me Ameganvi reconnaît que la loi octroie à l’UFC le statut de parti de l’opposition parlementaire. Toute fois, elle estime que l’UFC a perdu le droit de se revendiquer de l’opposition suite à l’accord intervenu en 2010 entre la formation de Gilchrist Olympio et le parti au pouvoir fait. Il en revient donc, selon la député, que l’UFC n’est rien d’autre qu’un parti de la majorité présidentielle.

« Si l’UFC a la latitude d’être dans le gouvernement et de soutenir l’action gouvernementale, et d’être dans l’opposition conformément au statut de l’opposition, pourquoi pour une fois diantre, l’UFC ne demande-t-elle pas à UNIR son allié (puisqu’il soutient son action) de lui céder une place ? La loi est dure, mais c’est la loi. Si la loi permet à l’UFC d’être dans le gouvernement et de soutenir l’action gouvernementale et d’être au même moment membre de l’opposition, ça veut dire que l’UFC peut avoir une place auprès du gouvernement qu’elle soutient et également elle peut avoir une place dans l’opposition. Ça fait 10 ans que l’UFC prend toujours une place manu militari à l’opposition et cette fois-ci, l’UFC peut aussi réclamer auprès du gouvernement, une place à la CENI », a-t-elle martelé.

A l’endroit de l’opinion, la présidente est revenue sur les critères qui ont déterminé les choix des huit (8) représentants de la Coalition envoyés à la CENI. Entre autres, elle parle de la compétence, de courage des représentants.

« Nous avons envoyé à la CENI, les gens qui ont la compétence pour pouvoir régulièrement travailler là-bas. Le second critère a trait au courage parce que nous affrontons un régime de dictature qui organise des élections pour ne jamais les perdre. Nous envoyons des gens qui peuvent avoir le courage de braver ces situations et tenir tête et le 3e argument. C’est que nous avons décidé d’envoyer des gens qui ont fait leurs preuves en 2015. Des gens qui ont été courageux et qui ont fait leurs preuves au niveau de la CENI et il faut autant que faire se peut, les désigner une nouvelle fois », a martelé Me Isabelle Améganvi.

Pour finir, elle a rappelé que le comité de suivi de la feuille de route de la CEDEAO leur a confié tout pouvoir de choisir les représentants de toute l’opposition à la CENI.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »