Accueil / Country / Central Africa / Cameroun / La compagnie  Suisse Glencore condamnée pour des actes de corruption dans plusieurs pays africains

La compagnie  Suisse Glencore condamnée pour des actes de corruption dans plusieurs pays africains

Partagez ceci :

La compagnie a été condamnée à verser une amende de 276 millions de livres sterling, soit 162,73 milliards de FCFA, après avoir plaidé coupable pour des actes de corruption en vue d’obtenir des contrats pétroliers dans cinq pays africains, dont le Cameroun.

Le trader anglo-suisse Glencore a été condamné le 3 novembre par la justice britannique à une amende de 276 millions de livres sterling, soit 162,73 milliards de FCFA. Avant de rendre le verdict, le juge Peter Fraser de la Southwark Crown Court de Londres a indiqué que  « la corruption faisait clairement partie de la culture d’un certain nombre de membres du personnel du bureau d’Afrique de l’Ouest. Les chefs d’accusation représentent une infraction sophistiquée qui a eu lieu sur des périodes prolongées se mesurant en années ».

Fin mai, la société anglo-suisse avait déjà écopé d’une amende de 1,1 milliard de dollars aux États-Unis. Elle avait été sanctionné pour la mise en place d’un système de pots-de-vin pour obtenir des contrats d’exploitation de pétrole en Amérique latine et en Afrique dont au Cameroun et pour des manipulations des cours du carburant américain.

Le trader anglo-suisse Glencore qui a obtenu des contrats dans plusieurs pays dont le Nigeria, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, la Guinée équatoriale et le Soudan du Sud a avoué à la Justice, en mai dernier, avoir payé environ 79,6 millions de dollars de paiements à des sociétés intermédiaires afin d’obtenir des avantages indus et conserver des contrats avec des entités publiques et contrôlées par l’État dans ces pays d’Afrique.

Glencore a confessé également qu’il a dissimulé les paiements de pots-de-vin en concluant de faux accords de conseil, en payant des factures gonflées et en utilisant des sociétés intermédiaires pour effectuer des paiements corrompus à des fonctionnaires étrangers.

Au Cameroun, la multinationale avait reconnu avoir versé des pots-de-vin d’environ 7 milliards de FCFA pour inciter des responsables de la Société nationale des hydrocarbures (SNH) et de la Société nationale de raffinage (Sonara) à favoriser les opérations de Glencore au Cameroun.

Des faits niés par les responsables de ces deux sociétés qui avaient indiqué qu’« Il est porté à la connaissance de l’opinion publique nationale et internationale que la SNH n’est ni de loin, ni de près, associée à des telles pratiques, strictement interdites par son Règlement intérieur », a déclaré l’administrateur-directeur général (ADG) de la société.

Adolphe Moudiki a indiqué néanmoins que les autorités américaines et anglaises ont été saisies, en vue de fournir les éléments qui permettraient d’établir la véracité de ces « allégations ». L’ADG a promis également d’informer l’opinion publique « en temps opportun » de la suite réservée à la demande la SNH. Mais depuis la parution de ce communiqué, la SNH n’a plus communiqué sur le sujet.

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »