Accueil / Country / Central Africa / Cameroun / Plusieurs dizaines de camerounais expulsés de la Guinée équatoriale

Plusieurs dizaines de camerounais expulsés de la Guinée équatoriale

Partagez ceci :

Selon les autorités équato guinéennes, ce refoulement de certains Camerounais entre dans le cadre d’une opération de lutte contre l’immigration irrégulière. Mais les victimes parlent d’une chasse à l’homme.

Les autorités de Guinée équatoriale parlent d’une opération de lutte contre l’immigration irrégulière. En effet depuis quelques jours, des dizaines de citoyens camerounais ont regagné leur pays, repoussés de force par la police de Guinée équatoriale.

Selon plusieurs informations, la vague des « expulsés » est arrivée dans la ville de Limbé, dans la région anglophone du Sud-Ouest, limitrophe avec la Guinée équatoriale. Les expulsés sont arrivés  en provenance de Malabo, la capitale équato-guinéenne, « nous sommes arrivés sur des embarcations de fortune, des pirogues, après un voyage nocturne éprouvant », raconte Milaine, 39 ans. Selon elle, l’embarcation a fait quatre heures de trajet en moyenne.

Sur le sol equato guinéen, les témoignages des personnes expulsées font état d’un « séjour dans les commissariats et autres lieux de détention à Malabo où il n’était pas possible de se nourrir. Souvenirs aussi, selon les « expulsés », de ces centres où certains ont subi des tortures : bastonnades sur la plante des pieds exhibée par quelques infortunés à des reporters locaux accourus sur le lieu de rassemblement à Limbé. Sans compter que ces Camerounais sont arrivés sans bagages, leurs biens . Dans certains cas, cela représente deux ou trois années de labeur, d’accumulation et d’économies, aujourd’hui partis en fumée. Un cauchemar pour ces centaines de personnes, parties «se débrouiller», «se chercher», «se battre» au pays du président Obiang Nguéma. Baptisé nouvel «eldorado» d’Afrique centrale », raconte nos confrères de Camer.be.

Ce n’est pas la première fois que des Camerounais sont considérés comme indésirables en Guinée équatoriale. Il y a trois ans, un commerçant camerounais à moto, dans la localité frontalière de Kye Ossi  avait heurté un Equato-guinéen. S’en était suivi une rixe qui a conduit à la mort du conducteur de moto, avec à la clé des expulsions en masse  des Camerounais.

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »