Home / A la Une / Sénégal : Bandia pleure ses arbres et ses animaux

Sénégal : Bandia pleure ses arbres et ses animaux

Partagez ceci :

Jadis l’une des plus belles forêts de baobabs du Sénégal, Bandia ne présente aujourd’hui qu’un paysage triste et désolé. Cette forêt doit céder ses terres dans le cadre d’un projet d’agrandissement d’une cimenterie au détriment de la faune et de la flore.

L’obtention d’une licence d’exploitation par l’entreprise sénégalaise, les Ciments du Sahel, a fait réagir les habitants et des associations de protection de l’environnement. Cité par rfi, Mame Cheikh Ngom, professeur de géographie à l’université de Dakar, se plaint de la situation : « il y avait des manguiers, des eucalyptus, des acacias, des baobabs… Regardez, il n’y a plus une fleur, plus un animal. Ici, la nature ne pourra plus jamais reprendre ses droits ».

Selon Mame Cheikh Ngom, il ne reste plus de la forêt que 2 000 hectares, soit un cinquième de sa superficie originelle, renseigne la même source. Pour l’ONG Nebeday, l’attribution d’hectares supplémentaires aux Ciments du Sahel serait un « désastre écologique ».

Traduction »