Home / A la Une / Sommet de la Francophonie: la guerre de mots entre Paul Kagame et Michaëlle Jean

Sommet de la Francophonie: la guerre de mots entre Paul Kagame et Michaëlle Jean

Partagez ceci :

Le 17ème sommet de la Francophonie a connu l’élection de Louise Mushikiwabo à la tête de la l’OIF. Michaëlle Jean, secrétaire sortante, n’a aucunement digéré le refus des chefs d’État et de gouvernement de lui accorder un deuxième mandat à la tête de cette organisation.

Sa succession qui était d’ailleurs prévisible, l’ancienne gouverneure générale du Canada a profité de son dernier discours prononcé jeudi en séance plénière pour s’attaquer au Rwanda.

Afin d’empêcher le choix de sa rude concurrente rwandaise, Michaëlle Jean a tout joué pour dissuader les chefs d’État et de gouvernement de porter leur vote sur cette première. Selon les arguments de la secrétaire sortante, le pays dont est originaire la nouvelle secrétaire, le Rwanda, a été plusieurs fois accusé par divers groupes humanitaires de bafouer les droits démocratiques et la liberté de la presse.

  « L’histoire nous apprend que l’on ne sait pas apprendre de l’histoire. Disons-nous bien que l’immobilisme, l’atermoiement et les compromis sont déjà une forme de régression. Car une organisation qui ruse avec les valeurs et les principes est déjà une organisation moribonde.

Sommes-nous prêts à accepter que la démocratie, les droits et les libertés soient réduits à de simples mots que l’on vide de leur sens au nom de la Realpolitik, de petits arrangements entre États, ou d’intérêts particuliers alors que cette aspiration légitime à plus de liberté, plus de justice, plus de dignité, plus d’égalité est une aspiration universelle, portée toujours plus énergiquement par les jeunes et par les femmes ? 

C’est sous votre impulsion que nous nous sommes dotés de textes normatifs et de références exigeantes sur la pratique de la démocratie, des droits et des libertés dans l’espace francophone, ainsi que sur la prévention des conflits et la sécurité humaine. C’est en cela que le bilan de mon mandat, que je vous présenterai… est aussi votre bilan…

Sommes-nous prêts à laisser l’égoïsme à courte vue, les approches exclusivement comptables de la coopération internationale, les investissements prédateurs ou la corruption l’emporter sur l’exigence de solidarité, sur des partenariats véritablement gagnant-gagnant ? Le moment est venu (…) de choisir entre réagir ou laisser faire, progresser ou régresser», s’indigne-t-elle.

Beau discours, mais qui n’a malheureusement servi à rien puisque son pays le Canada, la France et presque tous les pays africains ont pris le parti du Rwanda. La preuve, le secrétariat général de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) revient à l’Afrique.

Paul Kagame dont le pays est ciblé par Michaëlle Jean n’a pas attendu la fin des votes pour répondre à cette dernière. Un instant avant le vote, il a répondu à l’ancienne secrétaire devant la presse

« Il y a un consensus africain autour de Louise Mushikiwabo, et d’autres pays aussi. Voir Michaëlle Jean leur dire que c’est la mauvaise personne qui vient du mauvais pays, c’est triste. Ce n’est pas seulement le fait qu’elle ait tenu ces propos, c’est surtout la façon dont elle l’a fait. On pouvait voir qu’elle est amère et frustrée », a-t-il lancé à Michaëlle Jean face à la presse étrangère.

Résultat de recherche d'images pour "paul kagame michaêlle jean"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »