Accueil / Pays / Afrique Centrale / Tchad:L’opposant Succès Masra en exil ne veut plus d’une succession dynastique
Succès Masra
Succès Masra, the president of Chadian opposition party "Les Transformateurs" (The Transformers) gestures during a briefing after a meeting with representatives of the African Union mission on May 3, 2021 in N'djamena in Chad. (Photo by Issouf SANOGO / AFP)

Tchad:L’opposant Succès Masra en exil ne veut plus d’une succession dynastique

Partagez ceci :

Depuis son exil aux États-Unis d’Amérique, l’opposant tchadien Docteur succès Masra à ouvert son cœur au média pour la première fois, dans une interview en duplex de Washington depuis sa fuite du Tchad à la suite des massacres tragiques du 20 octobre par la junte militaire au pouvoir dirigée par Mahamat Deby. Une interview réalisée avec nos confrères de France 24 à quelques jours du sommet US-Afrique prévu à Washington DC le 13 décembre 2022.  

le président du parti d’opposition tchadien Les Transformateurs, Succès Masra  a parlé pour la première fois depuis Il a pris la fuite a la suite des événements du 20 octobre dernier pour « contester la décision de la junte de prolonger le régime de transition au Tchad, et de permettre à son chef, Mahamat Idriss Déby, de se présenter à la prochaine élection présidentielle», transformé en bain de sang, qui avaient fait entre 50 et 200 morts.

Une affirmation rejetée par le pouvoir, qui accusait succès Masta  d’orchestre une insurrection.

Nonobstant celà, l’opposant affirme que « le fils Deby au Pouvoir » lui aurait proposé un dual en échange de la Primature «Deby lui avait demandé d’être son Premier ministre en juin dernier, mais à condition d’accepter une succession dynastique dans le pays », ce que Dr Masra à refuser. 

Pour l’opposant, le Président de la transition ,  Mahamat Idriss Déby pourrait créer une fraction entre chrétiens venus du sud, tués pour provoquer une guerre civile afin de mieux régner et plus longtemps possible. 

En exil au États-Unis l’opposant de 39 ans espère pouvoir convaincre les chefs d’État de l’ONU, mais aussi de l’Union Européenne, de réagir à la situation politique au Tchad. 

Pathy Kan




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »