Home / A la Une / Togo Debout: « plus d’observateurs et de forces de sécurité que d’électeurs »

Togo Debout: « plus d’observateurs et de forces de sécurité que d’électeurs »

Partagez ceci :

Tout comme la coalition des 14 partis de l’opposition et d’autres forces vives de la nation, le Front Citoyen Togo Debout a pondu son analyse des législatives du 20 décembre 2018. Ceci, dans un message rendu public dont voici l’intégralité:

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES DU 20 DÉCEMBRE 2018 
UN CAMOUFLET POUR LE RÉGIME TOGOLAIS ET POUR LA CEDEAO

Bravo à toi Peuple Togolais. En ce 20 décembre 2018, Tu as su avec honneur et dignité exprimer ton refus de l’inacceptable. Tu as démontré avec intelligence aux yeux des partenaires bilatéraux et multilatéraux ta volonté de te défaire de ce régime inique qui a érigé la corruption et la duplicité en modes de gouvernance.

Peuple togolais, peuple pacifique mais déterminé, tu as tant sacrifié pour l’avènement de la liberté. Tu continues pourtant de te battre au prix du sang de tes enfants et tout ceci dans l’indifférence de la communauté internationale. Bravo à toi, peuple en lutte pour la liberté et la justice.

Le 20 décembre 2018 fut une date imposée par les chefs d’Etat de la CEDEAO, sans considération aucune pour les préoccupations du peuple togolais : « les élections législatives auront lieu le 20 décembre » martelait sans cesse le pouvoir togolais. Par ce fétichisme de date, il s’agissait pour ce pouvoir de se doter d’une légitimité électorale après la très forte contestation populaire qui a terni son image à travers le monde.

Effectivement, ces élections ont eu lieu. Le constat est là, accablant et consternant pour le régime togolais mais aussi pour la CEDEAO qui, par son mutisme, a donné un blanc-seing au régime togolais pour mettre en œuvre un des processus électoraux les plus frauduleux et les plus contestés de l’histoire de notre nation. Sur toute l’étendue du territoire national, les témoignages font état de la désertion totale des bureaux de vote par les électeurs. Il y a plus d’observateurs et de forces de sécurité que d’électeurs. On voit bien sur une photo d’ailleurs, le premier ministre togolais, pensif, aligné avec une vingtaine de personnes dans un centre qui visiblement n’a plus accueilli d’autres électeurs…

Ce 20 décembre 2018, le peuple togolais a su se sortir du piège mortel tendu par la CEDEAO. Il a démontré encore une fois son rejet total de ce système cinquantenaire sans pour autant entrer en confrontation directe avec les forces de répression, policières et militaires, en présence. En effet, les différents appels à la résistance ont fait croire à certains qu’il s’agissait d’un appel à la violence. Et pourtant, il y avait tant de raisons pour que la violence prévale lors de ce scrutin. C’est pourquoi, la société civile togolaise, les églises catholique, protestantes évangélique et méthodiste, les associations musulmanes et de nombreuses organisations nationales ou étrangères ont demandé un report de ces élections pour permettre une résolution véritable de la crise togolaise, en toute sérénité. Le régime togolais s’est entêté. La CEDEAO l’a suivi dans son entêtement. Après l’expérience tragique de 2005, le génie togolais a su trouver la parade à cette mascarade électorale… Un boycott sans ambages.

« Togo Debout, Luttons sans défaillance » ! Et maintenant que va faire la CEDEAO ? Elle a joué gros et perdu sans aucun doute beaucoup de sa crédibilité dans la résolution de la crise, car, quels que soient les résultats présentés par la CENI, le processus n’a jamais été consensuel, le rejet par le peuple togolais du pouvoir et de la solution imposée par la CEDEAO a été massif et incontestable et la crise n’est pas du tout résolue. A la CEDEAO désormais de dire clairement ce qu’elle fera de ce scrutin de la honte… Que va faire le régime ? Il va sans nul doute gonfler les chiffres de la participation électorale et continuer sa stratégie de conservation du pouvoir, quel que soit le prix à payer par la nation.

Que doit faire le peuple ? Continuer à lutter et savoir qu’aujourd’hui plus que jamais, les forces démocratiques doivent transcender ce qui les divise car ce qui les unit est nettement plus fort et plus noble : la liberté et la dignité pour ce peuple qui ne doit plus compter que sur lui et sur personne d’autre.

Fait à Lomé le 20 décembre 2018,

Pour le Front Citoyen « Togo Debout »,

La Coordination

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »