Interdiction des réunions politiques le week-end au Togo: »En aucun cas » réagi

Partagez ceci :

Au Togo, les rencontres politiques prévues sur ce week-end n’ont pas eu lieu. Les organisateurs évoquent une forte présence des forces de l’ordre sur les lieux. Informé, le mouvement « En aucun cas » condamne avec vigueur dans un communiqué publié dimanche, cette décision du gouvernement « à retirer au Peuple togolais, le peu de droits et de libertés qui lui reste ».

Le communiqué

Décidé à retirer au Peuple Togolais le peu de droits et de libertés qui lui reste, le gouvernement Togolais a encore interdit aux sons des bottes et des baïonnettes deux réunions pacifiques censées se dérouler ce samedi 05 octobre 2019: il s’agit notamment de la rencontre citoyenne du Mouvement Nubueke et du Front Citoyen Togo Debout prévue pour se tenir à la maison de la santé et de la réunion hebdomadaire du Parti National  Panafricain (PNP) qui devait se tenir, comme d’habitude, au siège dudit parti au quartier Agoè.
En effet, très tôt le matin, des gendarmes armés de matériels de répression et de matraques ont quadrillé ces deux zones, informant les citoyens désireux de prendre part à ces deux rencontres qu’ « ordre leur avait été donné d’empêcher la tenue de leurs réunions ».
Fidèles, tous deux à leurs natures pacifistes et non-violents le Front Citoyen Togo Debout et le Parti National Panafricain (PNP) ont simplement annulé leurs réunions afin d’éviter des heurts et des affrontements inutiles.
Ce faisant, le gouvernement en place a, une fois de plus confirmé à l’opinion nationale et internationale que seul le Parti UNIR et ses satellites ont le droit de se réunir et de manifester au Togo.
Le Mouvement En Aucun Cas dénonce ces interdictions arbitraires, illégales et injustifiées qui participent d’une stratégie machiavélique et totalitaire de musellement des voix dissonantes, de verrouillage et de suppression progressive des espaces de libertés. 
Rappelons que nombre de nos concitoyens croupissent actuellement en prison ; l’un pour avoir simplement voulu animer une conférence de presse, les autres pour avoir participé à une manifestation pacifique de l’opposition.
Aussi, le Mouvement En Aucun Cas invite les chancelleries et ambassades installées au Togo à se prononcer ouvertement contre cette posture liberticide et dictatoriale du gouvernement Togolais au risque de paraître comme des arbitres corrompus et partiaux et demande aux Nations-Unies de faire accompagner d’actions contraignantes leurs différents rappels à l’ordre et sommations à l’endroit du gouvernement de Faure GNASSINGBE. 
Nous restons, par ailleurs ouverts et disponibles pour soutenir et accompagner toutes les initiatives allant dans le sens de la défense des libértés fondamentales du peuple Togolais et de l’abrogation de la révision opportuniste et incongrue de la loi du 16 mai 2011.

Fait à Lomé, le 06 octobre 2019