Home / A la Une / Togo: le FCTD demande l’arrêt des activités de la CENI ancienne au profit de la CENI recomposée

Togo: le FCTD demande l’arrêt des activités de la CENI ancienne au profit de la CENI recomposée

Partagez ceci :

Le Front Citoyen Togo Debout a encore réitéré sa position par rapport à la situation politique togolaise. Ceci, dans une lettre ouverte adressée jeudi au Comité de suivi de la feuille de route de la conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté Économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), aux Facilitateurs, à l’Union Africaine (UA), à l’Union Européenne (UE), à l’Organisation des Nations-Unies (ONU).

Dans ces quelques lignes, ce regroupement de la société civile a soulevé à l’ensemble de la communauté internationale la responsabilité historique de la CEDEAO dans la crise politique du Togo.

« La communauté internationale, par l’intermédiaire de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), a échoué dans la prévention des violences post-électorales et la protection de la population civile au Togo. Cette institution garde une responsabilité historique dans ces turbulences survenues en 2005 et malgré les nombreuses irrégularités, les violences et violations graves et massives des droits de l’homme qui ont caractérisé l’élection présidentielle d’avril 2005, elle l’avalise estimant que les  anomalies et les incidents enregistrés lors des opérations de vote ne remettaient pas en cause la crédibilité  du scrutin », rappelle le document.

Outre la responsabilité de la CEDEAO, le Front a également évoqué le sursaut patriotique des Togolais, le point de vue des acteurs de l’extérieur à la crise avant de tarder sur la mise en application de la feuille de route.

Solennellement, le FCTD demande donc l’arrêt de toutes les activités menées par la CENI ancienne puis leur reprise par la CENI recomposée ; l’installation effective de la CENI recomposée ; le choix d’une personnalité neutre pour assurer la présidence de cette Institution, étant entendu que le parti-pris de l’actuel président, le Professeur KODJONA KADANGA est plus que flagrant.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »