Home / Politique / Togo/ Siège à la CENI: Francis Pedro Amuzun rattrapé par son passé?

Togo/ Siège à la CENI: Francis Pedro Amuzun rattrapé par son passé?

Partagez ceci :

C’est dans une ambiance électrique que les députés de la majorité ont procédé en début de semaine, à la nomination de (4) quatre membres de l’opposition parlementaire pour siéger à la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI). Il s’agit de Edem Atantsi de l’ANC, de Jean-Jacques Teko du même parti, de Kodzo Awoudi du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) et de Yamba Pessinaba de l’ADDI. Francis Pedro Amuzun s’est vu à la touche au détriment de l’UFC.

Est-il rattrapé par son passé ?

L’on se souvient encore de  la proclamation des résultats des élections de 2015. Francis Pedro, membre de l’ANC et vice-président de la CENI d’alors n’étant pas d’accord avec les chiffres proclamés, a fait éruption sur le plateau de la télévision nationale TVT pour empêcher ladite proclamation. Cette scène, qui a parcouru le monde entier a été qualifiée de désordre par le pouvoir.

Cependant, félicité pour son courage et sa bravoure, Pedro est encore délégué pour représenter l’opposition parlementaire à la CENI actuelle, version Kodjona Kadanga. Intervenant sur une radio de la place quelques semaines avant la plénière du lundi, Isabelle Améganvi, présidente du groupe parlementaire ANC, a vanté les mérites de leur futur représentant à la CENI.  ‘’ L’UFC n’a aucun Pédro’’, a-t-elle soutenu. Une telle déclaration a suscité une profonde réflexion au sein de la majorité et a rappelé aux uns et aux autres la scène de 2015.

Quoi de plus normal que d’empêcher son retour à la CENI ? La majorité parlementaire a donc vite fait de ne pas l’accorder le siège.  Le vote s’est déroulé dans un climat tendu. Les discussions étaient tellement houleuses au point où les représentants du peuple ont failli en venir aux mains. Dans le cafouillage les  députés UNIR et de l’UFC ont réussi à écarter Francis Pedros de la CENI en attendant la décision du comité de suivi de la CEDEAO. Le siège qui fait débat est occupé par l’UFC parti qui se réclame de l’opposition.

La C14, qui réclame la validation de la totalité de la liste présentée, ne siègera pas à la CENI si la totalité des membres proposés n’est pas validée a laissé croire sa coordinatrice, Brigitte Adjamagbo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »