Accueil / Afrique du Nord / Algérie: Ouverture du 31e sommet de la Ligue Arabe avec des défections
Sommet Ligue Arabe 9

Algérie: Ouverture du 31e sommet de la Ligue Arabe avec des défections

Partagez ceci :

L’Algérie est de retour sur l’échiquier régional voir international. Ce mardi 1er novembre s’est ouvert à Alger le 31e sommet de la Ligue Arabe. Mais ce sommet placé sous le sceau du rassemblement ne verra que la participation de 10 chefs d’États sur les 22 que compte la Ligue Arabe.

Le coup d’envoi du 31e sommet panarabe a été donné ce mardi 1er novembre à Alger. Ce sommet qui marque le retour de l’Algérie sur la scène régionale après une dernière décennie marquée par un immobilisme de la diplomatie algérienne sera l’occasion pour les 22 États arabes que compte la Ligue de renouer leurs liens de solidarité et de s’accorder sur des sujets majeurs d’intérêts communs. Ainsi, la crise israélo-palestinienne, les questions sécuritaires en Libye, en Syrie, au Yémen ainsi que la question du Sahara seront passées au peigne fin au cours des travaux qui se dérouleront au Centre des Conférences Internationales (CCI) à Alger.

Un sommet sous fonds de tensions régionales

Ces différents sujets sensibles risquent d’amenuiser les chances de succès de ce sommet tant vanté par l’Algérie. En effet si l’organisation de ce sommet est la résultante des efforts continu et soutenu de la diplomatie active et dynamique prôné par le président algérien Abdelmadjid Tebboune depuis son accession au pouvoir en 2020, il n’est pas superflu ni superfétatoire de penser que la question israélo-palestinienne ne trouvera pas un consensus tant les positions sont tranchées et divisées. D’un côté plusieurs pays arabes tels que : les Émirats arabes unis, le Bahreïn, le Maroc et le Soudan ont normalisé leurs relations diplomatiques avec Israël en 2020 en paraphant une série d’accords, dits d’Abraham sous l’égide de Washington.

D’un autre côté, l’Algérie est un farouche soutien de la Palestine. Le pays a même accueilli récemment un sommet qui a abouti à un accord de réconciliation entre factions palestiniennes rivales. L’Algérie et l’Égypte ont également maintenu leurs ruptures avec Tel Aviv.

L’autre aspect qui risque de faire voler en éclat les attentes et les espoirs placés par les autorités algériennes en ce sommet, c’est l’absence de plusieurs chefs d’États arabes, ce malgré les invitations officielles qui leurs ont été envoyées par Alger depuis des mois déjà. Ainsi les chefs d’États du Maroc, de l’Arabie Saoudite, du Bahreïn, des Émirats Arabes unis, de la Jordanie, du Koweït, du Liban, de la Libye, du Sultanat d’Oman, du Soudan et du Yémen ne seront pas au rendez-vous. Ces pays seront pour la plupart représentés par leurs vice-présidents ou leur premier ministre.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »