Accueil / Country / Central Africa / Cameroun / Cameroun : en pleine émission,  un ministre menace de faire limoger un journaliste

Cameroun : en pleine émission,  un ministre menace de faire limoger un journaliste

Partagez ceci :

Au cours d’une émission diffusée dimanche dernier sur la chaine locale Canal 2 International, le ministre délégué à la Justice, Jean De Dieu Momo, n’a pas manqué de faire savoir au présentateur du programme qu’il peut manœuvrer pour que ce dernier perde son emploi.

Le ministre délégué à la Justice, Justice Jean De Dieu Momo, se fait encore remarquer négativement. Dimanche dernier, il était en direct sur la chaine Canal 2 International. Au cours d’une émission débat organisé à l’occasion du 40e anniversaire de la prise de pouvoir du président  Paul Biya, le membre du gouvernement et le présentateur du programme se sont livrés à une passe d’armes. 

En effet, Jean De Dieu Momo, le président du parti des Patriotes démocrates pour le développement du Cameroun (PADDEC), avait en face de lui plusieurs panélistes de l’univers politique camerounais, en l’occurrence les représentants du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) et du Parti camerounais pour la réconciliation (PCRN). Manifestement incapable de tenir tête à ses contradicteurs, l’ancien avocat s’est laissé emporter par la colère. S’en est alors suivi un échange houleux avec le présentateur de l’émission, Michaël Tchipkio.

Jean De Dieu Momo n’a pas manqué de le  menacer de licenciement à Canal 2 International, la chaine qui l’emploie. « Je veillerai, quand je reviendrai ici (Canal 2 international), à ce que je ne vous rencontre pas. Je n’aime pas ça. Vous m’avez dit que je suis libre de partir. Je suis libre de venir, je suis libre de partir. Je n’ai pas besoin de votre permission pour le faire. Je regrette d’être venu », a lancé le ministre de Paul Biya, très colérique.

Il faut noter que le sulfureux ministre a déjà brillé dans le passé par des attitudes rocambolesques. Actuellement, il fait l’objet d’une plainte en France pour avoir insulté l’avocate d’origine camerounaise Félicité Esther Zeifman. Selon Me Christian Ntimbane Bomo qui avait rendu compte de la première audience sur Facebook, « le parquet de Paris avait requis la culpabilité du ministre délégué Jean De Dieu Momo pour des faits d’injures à caractère raciste et sexiste sur WhatsApp et Facebook ».

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »