Accueil / A la Une / Justice : un ministre camerounais impliqué dans une affaire d’injures à caractères raciste et sexiste en France

Justice : un ministre camerounais impliqué dans une affaire d’injures à caractères raciste et sexiste en France

Partagez ceci :

Jean De Dieu Momo, le ministre délégué à la justice camerounaise  fait l’objet d’une plainte déposée à Paris  par l’avocate d’origine camerounaise Félicité Esther Zeifman.

« Le parquet de Paris requiert la culpabilité du ministre camerounais délégué à la Justice Jean De Dieu Momo ». Le membre du gouvernement camerounais fait l’objet d’une plainte déposée à Paris  par l’avocate d’origine camerounaise Félicité Esther Zeifman. L’avocate accuse Jean De Dieu Momo « d’injures à caractère raciste et sexiste sur WhatsApp et Facebook ».

Les faits que dénonce Me Zeifman  remontent au mois de mai 2020. Selon l’avocate d’origine camerounaise, le ministre camerounais Jean de Dieu Momo qui est également avocat aurait agressé verbalement sa consœur au cours d’une conversation virtuelle ce jour-là dans un forum WhatsApp des avocats. Dans la lettre ouverte adressée au premier ministre camerounais Joseph Dion Ngute le 5 mai 2020, la juriste demande « un rappel à l’ordre ferme et formel » au ministre Jean De Dieu Momo, «afin que son image clivante n’agisse pas comme un repoussoir pour votre gouvernement entier», expliquait-elle.  

L’audience dans cette affaire qui oppose deux avocats camerounais s’est ouverte à Paris 27 septembre 2022. Selon Christian Ntimbane Bomo qui affirme avoir vécu la première audience, « le parquet de Paris a requis ce jour devant la 17 ème chambre correctionnelle du tribunal Judiciaire de Paris que Monsieur Jean De Dieu  Momo, soit reconnu coupable d’injures à caractère raciste et sexiste qu’il aurait tenues sur un forum WhatsApp et sur Facebook ». L’affaire a été mise en délibéré au 17 novembre 2022. La plaignante avait pour avocat l’ancien vice- Bâtonnier de Paris, maître Basile Ader du cabinet August Debouzy et le ministre était défendu par maître Marie Claude Edjang, ancien membre du conseil de l’ordre au Barreau de Paris.

Au Cameroun, ce procès n’étonne personne. Puisque Jean De Dieu Momo, malgré sa casquette de ministre, s’est donné l’image d’un homme qui a fait de l’outrance son fond de commerce et du revirement, le moteur de sa trajectoire en politique. L’ex-pourfendeur du régime de Paul Biya est surtout connu pour ses vidéos, souvent virales, dans lesquelles il se livre sans filtre ni retenue. Virulent, le verbe haut, l’argumentaire parfois simpliste, Jean de Dieu Momo sait comment ulcérer ses adversaires. Rares sont ceux qui échappent à sa vindicte. Les premières cibles, ses propres frères Bamilekés, une ethnie de l’Ouest Cameroun qu’il traite « d’hypocrites et d’ingrats », sans craindre d’alimenter un discours tribaliste et explosif.

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »