Accueil / Politique / Locales au Togo: l’ANC favorable, le PNP inflexible !

Locales au Togo: l’ANC favorable, le PNP inflexible !

Partagez ceci :

La question pèse au bout des lèvres depuis les législatives du 20 décembre dernier,
boycottées par la C14. L’opposition togolaise prendra-t-elle part aux élections locales du 30 juin prochain? Eh bien la réponse à cette question, on la connaît désormais. L’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) a annoncé ce week-end, sa participation. Quant au Parti National Panafricain (PNP), la réponse est « Non, merci ».

Interrogé à plusieurs reprises sur la question, les leaders de l’ANC ont invité les médias à la patience.

Ce n’est donc qu’au cours d’un meeting tenu ce weekend à Tsevié que le président de l’ANC, Jean Pierre Fabre a annoncé la participation du parti aux dites élections en invitant les militants à aller se faire recenser.

« Depuis Tsévié, le Président Jean-Pierre Fabre vient d’annoncer la participation de son parti, l’ANC, aux prochaines élections municipales. Il appelle toutes les populations togolaises à aller, massivement s’inscrire dès le premier jour de révision des listes électorales pour que, le moment venu, sur toute l’étendue du territoire national, elles donnent par leur vote, la victoire aux listes ANC dans la majorité des 117 communes », a annoncé Eric Dupuy, Secrétaire chargé de la communication à l’ANC.

Se prononçant sur les réformes opérées récemment par les députés de la sixième législature, l’ancien Chef de fil de l’opposition a affirmé: « Ce n’est rien du tout, ils n’ont fait que restituer ce qu’ils ont volé en 2002. Je ne tiens pas à manifester une quelconque satisfaction sur le travail qui a été fait à l’Assemblée nationale. Je dis et je persiste, c’est une forfaiture ».

En revanche, le PNP, parti à l’origine des manifestations du 19 août 2017, ne prendra pas part à ces élections. C’est l’une des informations essentielles que l’on a pu retenir dans l’un des derniers audio que Tikpi Atchadam a fait circuler sur les réseaux sociaux.

« Au Togo, la stratégie est devenue classique. A chaque fois que, face à une contestation sérieuse, le pouvoir se retrouve dos au mur, il brandit le dialogue et ouvre les élections. Une fois de plus, au lieu de céder à une solution définitive et durable, on nous parle d’élection. Élections locales ! Non merci. La démocratie n’est pas réductible à une mécanique sèche d’élection périodique. Les élections locales annoncées, le pouvoir le sait bien, constituent une complexification supplémentaire et inutile de la crise. Une démocratie sans alternance au sommet n’est pas une démocratie » (…) « Ces élections locales serviront à une balkanisation très poussée du territoire national destinée à renforcer le pouvoir en place. Diviser pour opposer, voilà la stratégie ! Inévitables seront les conflits entre les communes urbaines, entre les communes rurales, puis entre les communes urbaines et rurales », a déclaré Tikpi Atchadam.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »