Home / Pays / Afrique de l’Est / Kenya / Lutte contre le trafic d’ivoire: un enquêteur américain assassiné au Kenya

Lutte contre le trafic d’ivoire: un enquêteur américain assassiné au Kenya

Partagez ceci :

Un Américain, connu pour son engagement dans la lutte contre le trafic d’ivoire et de corne de rhinocéros a été retrouvé mort à son domicile de Nairobi. La presse locale rapporte qu’il avait au cou la marque d’une blessure à l’arme blanche.

Esmond Bradley-Martin, qui était âgé de 75 ans, a passé des décennies à traquer le commerce illégal de produits animaux, dont la route principale part d’Afrique vers l’Asie. Il s’apprêtait à publier un rapport accablant.

D’après l’agence de presse Reuters, il s’agit du second décès de ce genre en Afrique de l’Est en six mois. Un autre éminent défenseur des espèces menacées, le Sud-Africain Wayne Lotter, qui s’intéressait aussi au trafic d’ivoire, avait trouvé la mort en Tanzanie.Il a été abattu par balles au mois d’août.

Il faut dire que les recherches d’Esmond Bradley-Martin ont joué un rôle clé dans la décision de la Chine d’interdire le commerce de corne de rhinocéros en 1993. Il avait également fait pression sur Pékin pour qu’il soit mis fin au commerce de l’ivoire. Cette interdiction est entrée en vigueur le 1er janvier 2018.

L’enquêteur Martin était sur le point de publier un rapport mettant à nu un réseau mondial savamment orchestré autour du trafic d’ivoire. Selon la presse, le rapport devrait montrer comment le commerce de l’ivoire est passé de la Chine aux pays voisins.Paula Kahumbuqui dirige Wildlife Direct, une organisation de protection des éléphants au Kenya, a évoqué une « très grande perte » pour la protection des espèces.

De sources policières, Esmond Martin a été poignardé dimanche soir dans sa maison de Karen, une banlieue chic de Nairobi.« La police a été appelée parce qu’il y avait une activité inhabituelle à sa maison de Karen, mais quand elle est arrivée elle n’a rien trouvé parce que la maison était fermée. On a retrouvé plus tard son corps avec des blessures à l’arme blanche et nous essayons d’établir qui l’a tué et pourquoi », a déclaré le chef de la police de Nairobi, Japheth Koome. « Une enquête a été ouverte, mais aucun suspect n’a été arrêté jusqu’ici », a-t-il ajouté.

Si pour l’heure on ne connait pas le responsable du crime, son mobile serait trouvé. L’expert s’apprêtait à lever le voile sur les ramifications du trafic. Autant dire qu’il était un caillou dans la chaussure des trafiquants qui auraient donc planifié son élimination physique.

M. Martin vivait depuis des décennies au Kenya. Il concentrait son attention sur le marché illégal de la demande du commerce d’ivoire. Ses études se concentraientparticulièrement sur le marché asiatique dont la Chine, Hong Kong, le Vietnam et le Laos.
«Il était l’une des personnes les plus importantes s’efforçant de faire la lumière sur le commerce d’ivoire, en s’attaquant aux trafiquants eux-mêmes», témoigne Paula Kahumbu.

Le braconnage aurait coûté la vie à 110 000 éléphants sur la décennie écoulée.La faute à des organisations criminelles transnationales qui ont fait du trafic d’ivoire, leur source d’enrichissement.

Les chiffres les plus récents, pour 2016, montrent que le commerce illégal d’ivoire continue à être florissant, avec un nombre record de saisies malgré un déclin du braconnage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »