Mugabe: un homme « déçu, frustré, en colère »

Partagez ceci :

Les obsèques officielles de l’ancien président Robert Mugabe – artisan de la libération devenu autocrateauront lieu à la fin de la semaine prochaine dans son pays. Considéré comme un dictateur, il s’est éteint vendredi à l’âge de 95 ans “entouré de sa famille” dans un hôpital de Singapour. Après 37 ans de règne sans partage, il a été écarté du pouvoir fin 2017. C’était un Robert Mugabe « amer » à la fin de son règne, a confié Kennedy Muguti, vicaire général de l’archidiocèse de Harare.

« A cause de la façon dont il avait été chassé du pouvoir, c‘était un homme déçu, frustré, en colère”, a confié le prélat à l’AFP, “mais à certains moments il était capable d’exprimer sa foi”.  

Dimanche dernier, le prêtre de la cathédrale du Sacré-Coeur à Harare, où l’ancien président venait parfois assister à la messe, a encouragé ses ouailles à prier pour leur président disparu.

« Il venait de temps en temps assister à la messe de 10h00 avec sa famille, il occupait le siège devant à droite, il aimait être installé là où il pouvait tout voir », s’est souvenue pour l’AFP la responsable de la chorale de la cathédrale, Anne Fernandez.

“Que Dieu le bénisse (…) Je me souviendrai d’abord de ses premières années au pouvoir, de son idéalisme et de la façon dont il a mené le pays à sa libération”, a-t-elle ajouté.