Accueil / Country / Central Africa / Equatorial Guinea / Un tanker nigérian libéré après deux mois de détention en Guinée équatoriale

Un tanker nigérian libéré après deux mois de détention en Guinée équatoriale

Partagez ceci :

Un tanker nigérian vient d’être  libéré après deux mois de détention en Guinée équatoriale. L’embarcation avait été arrêtée le 12 aout dernier au large de la Guinée équatoriale par les garde-côtes, pour avoir refusé d’obtempéré à une interpellation des autorités.

L’annonce a été faite il y a quelques jours par les autorités du pays.  « En ma qualité de chargé de la Défense et de la Sécurité, j’ai autorisé la remise du bateau au gouvernement du Nigeria », a indiqué le vice-président de la République, Teodoro Nguema Obiang

L’embarcation pétrolière avait été arrêtée pour avoir refusé d’obtempérer le 8 août dernier à une interpellation des autorités équato-guinéenne qui avaient soupçonné le bateau de trafic illégal.  Le navire pétrolier « Mt Heroic Idun » qui se rendait à Port-Harcourt, avait ensuite lancé une fausse alerte d’acte de piraterie à bord pour justifier sa fuite, avant d’être rattrapé et arrêté  le 12 août au large de la Guinée équatoriale par les garde-côtes et retenu près de trois mois au port de Luba, à 45 km au sud de Malabo.

Quelques jours plus tard, le procureur général de Guinée-équatoriale, Anatalio Nzang Nguema, avait justifié l’arraisonnement du navire et l’arrestation de son équipage pour « navigation dans les eaux marines de Guinée équatoriale sans autorisation et sans drapeau pour identifier le pays du bateau ».

Dans ce bateau, il y avait 16 Indiens, 07 Sri Lankais, un Polonais et un Philippin, tous membres de l’équipage du superpétrolier, transportant dans ses cales une cargaison de trois millions de barils de pétrole.

En Guinée équatoriale et dans le Golfe de Guinée, la piraterie maritime cause des dégâts importants au point qu’une résolution a été adoptée à l’unanimité à l’ONU fin mai 2022, pour intensifier la lutte contre ce fléau qui cause des pertes de l’ordre de deux milliards de dollars par an.

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »