BizME.fr Freelances, plus forts ensemble.
Accueil / A la Une / Cambridge restitue 39 artefacts en prêt à l’Ouganda

Cambridge restitue 39 artefacts en prêt à l’Ouganda

Partagez ceci :

Après des décennies d’absence, 39 objets ougandais rentrent chez eux. Le 8 juin dernier, l’Université de Cambridge a restitué ces objets dont des insignes tribaux et de la poterie à ce pays d’Afrique de l’Est. Bien que les objets appartiennent toujours au Musée d’archéologie et d’anthropologie de Cambridge, ils sont prêtés à l’Ouganda pour une période initiale de trois (3) ans.

Cette restitution, décrite comme une « collaboration de musée à musée » par Mark Elliott, conservateur principal du musée, découle d’années de discussions. Les objets, sélectionnés par des conservateurs ougandais, représentent une petite partie des 1 500 objets ethnographiques ougandais que Cambridge possède, principalement acquis à travers des dons privés, dont beaucoup proviennent d’un missionnaire anglican actif en Ouganda à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle.

L’Ouganda, indépendant depuis 1962, expose ces objets au Musée ougandais à Kampala l’année prochaine. L’accord avec Cambridge pourrait être renouvelé pour un prêt permanent ou une propriété locale, selon Jackline Nyiracyiza, commissaire ougandaise des musées et monuments.

Les responsables ougandais ont visité Cambridge en 2022 pour négocier cette restitution, reflétant une tendance croissante des gouvernements africains à réclamer des objets pillés durant l’ère coloniale. Cette restitution est l’une des plus importantes en Afrique, avec des opérations similaires réussies au Nigéria. Nelson Abiti, conservateur principal du Musée ougandais, espère que cette démarche servira d’exemple à d’autres musées possédant des objets ougandais.

L’Union africaine a également inscrit la restitution des biens culturels pillés à son agenda, visant une politique commune sur cette question.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »