Accueil / Country / Central Africa / Cameroun : où se cache le gouverneur de la Beac ?

Cameroun : où se cache le gouverneur de la Beac ?

Partagez ceci :

Englué dans plusieurs scandales, plusieurs sources annoncent que Mahamat Abbas Tolli, le gouverneur de la Banque des Etats d’Afrique Centrale (Beac) aurait quitté la capitale camerounaise la queue entre les jambes.

Mahamat Abbas Tolli, le gouverneur de la Banque des Etats d’Afrique Centrale (Beac) a-t-il déserté son poste à quelques mois de la fin de son mandat ? Pas sûr ! Toujours est-il que plusieurs sources l’annoncent introuvable depuis quelques jours.

« Le gouverneur de la BEAC est porté disparu, pas de nouvelles depuis qu’il s’est rendu à la prestation de serment de son frère au Tchad (le président de transition) », apprend-on d’une source. Information démentie par une autre source à la Beac qui affirme que : « le Gouverneur est rentré de Ndjamena,  il a eu temps de partir à Malabo et Brazzaville et il est à Yaoundé actuellement »

Démentie également confirmé par des sources auprès de son cabinet qui affirment mordicus que le « gouverneur de la Beac est à Yaoundé ». Malgré ce double démentie, la première source qui maintient  que la Beac est actuellement sans dirigeants ajoute que « le gouverneur  devait se rendre à Washington pour le sommet des banques centrales, mais il ne s’y est pas rendu. On a dû annuler les billets d’avion ».

Qu’il soit à Yaoundé ou pas, cette actualité sur le gouverneur de la Beac cache mal le malaise qui se vit à la banque centrale des Etats de l’Afrique centrale. Au lendemain de l’annulation des résultats du concours de recrutement des agents de la Beac,  Mahamat Abbas Tolli et ses collaborateurs se regardent en chiens de faïence. Le gouverneur de la Beac pointe du doigt les « ennemis de l’intérieur » qui ont contribué à ce que le concours soit annulé. De leur coté, certains de ses collaborateurs accusent le gouverneur d’être un dictateur. Le malaise est tellement grand qu’on a enregistré depuis quelques temps,  plusieurs défections du coté des fideles alliés du gouverneur. « tous les autres membres du gouvernement alliés du gouverneur ont plié bagage. Après que l’expiration de  leur mandat », apprend-on.

A coté de cela, Mahamat Abbas Tolli est accablé par plusieurs griefs notamment : « le fait d’avoir créé un poste de Directeur de Cabinet, sans que le Conseil d’Administration ait approuvé son  nouvel organigramme et d’avoir donné à ce dernier  des prérogatives de Directeur Central ; d’avoir manœuvré pour que le FMI pousse les Etats à accepter le principe de la nomination des Directeurs Centraux et Directeurs d’Agence par le Gouvernement de la BEAC, le but étant d’avoir seul  le pouvoir de nommer, hors de la collégialité voulue par les statuts de la BEAC ;  d’avoir laissé certains postes vacants pendant près de trois ans, pour des motifs inavoués, brisant ainsi le nécessaire équilibre dans la répartition des postes de responsabilité, prôné par les statuts de la BEAC ; d’avoir recruté une cinquante d’Agents d’Encadrement Moyen de nationalité tchadienne  dans les Services Centraux à Yaoundé, à l’insu des autres membres du gouvernement de la BEAC, avec M. Carlos BONCANCA TABARES comme bras séculier. » Bref au sein de la Beac centrale, on ne demande plus qu’une chose : « le départ de  Mahamat Abbas Tolli ».

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »