Accueil / Pays / Afrique Centrale / Accusé de favoritisme et de népotisme, le gouverneur de la Beac confond ses adversaires
Abbas Toli

Accusé de favoritisme et de népotisme, le gouverneur de la Beac confond ses adversaires

Partagez ceci :

Dans une interview accordée au magazine panafricain, le gouverneur de la Banque des États de l’Afrique Centrale rejette toutes les accusations formulées contre lui par ses détracteurs.

Le gouverneur de la Banque des États de l’Afrique Centrale (Beac) est la cible depuis quelques semaines de virulentes critiques. Le numéro I de la banque centrale d’Afrique Centrale est accusé par le ministre des Finances centrafricain, Hervé Ndoba, qui dirige également le conseil d’administration de la Beac, d’avoir favorisé des proches lors d’un concours de recrutement des agents de Beac. Dans un courrier adressé au gouverneur, Hervé Ndoba avait demandé l’interruption du concours de recrutement. Mais Abbas Mahamat Tolli estime que les accusations à son encontre sont totalement infondées. « Le recrutement du personnel était une opération classique qui relevait de la gestion quotidienne de la banque et qui ne faisait même pas l’objet d’une décision personnelle du gouverneur que je suis ! Le conseil d’administration, qui avait déjà donné ses approbations budgétaires pour financer cette opération, pouvait exercer, s’il le souhaitait, un contrôle a posteriori. J’ai également donné au ministre Hervé Ndoba l’assurance que la procédure de recrutement respectait les textes de la Beac. J’ajoute que l’opération, totalement externalisée, n’est pas encore arrivée à son terme. Il est donc prématuré d’émettre un avis sur sa crédibilité. Les noms des candidats admissibles aux épreuves orales ont été publiés. Attendons donc les listes définitives », a répondu le gouverneur à nos confrères de Jeune Afrique.

Accusé également d’avoir promu ses proches lors de ce concours, Abbas Toli nie les faits et parle d’une cabale contre sa personne : « c’est vrai que certains me sont apparenté. Mais la personne qui porte le même patronyme que moi est arrivée premier dans sa discipline, parmi les candidats tchadiens. Il y a véritablement une cabale derrière tout cela. Il faut savoir raison gardée en attendant la fin du processus. Le conseil appréciera s’il faut ou non faire la lumière sur cette affaire pour restaurer la crédibilité des uns et des autres », précise le gouverneur tchadien.


Mahamat Abbas Toli pense plutôt que sa gouvernance est exempte de reproches. « À ce jour, je suis et je tiens vraiment à préciser le seul gouverneur qui n’a ni parent, ni neveu, ni cousin dans l’une ou l’autre des catégories de personnel. J’insiste sur ce point. Je n’ai rien à me reprocher. J’arrive à la fin de mon mandat et ce n’est pas maintenant que je vais compromettre toute une carrière que j’ai jusqu’ici gérée avec éthique et déontologie », affirme le gouverneur de la Beac.

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »