Umalis Group
Home / A la Une / Côte d’Ivoire : meeting du front de l’opposition, la foule n’était pas au rendez-vous !

Côte d’Ivoire : meeting du front de l’opposition, la foule n’était pas au rendez-vous !

Partagez ceci :

Flop ou début d’un long mouvement de contestation ? Une faible affluence pour la première journée de mobilisation suite à l’appel du « Front uni » de l’opposition ivoirienne, qui a organisé trois meetings communs à Abidjan, dans les communes de Yopougon, Anono et Gonzagueville samedi 26 septembre. Le constat est dressé par un correspondant de RFI, qui s’est rendu sur le terrain d’Anono.

Toutes les sensibilités de l’opposition, à l’exception du candidat indépendant Kouadio Konan Bertin, ont appelé il y a quelques jours à la mobilisation pour demander les dissolutions des deux institutions chargées d’organiser et de valider le processus électoral : la Commission électorale indépendante (CEI) et le Conseil constitutionnel, ainsi que le retrait de la candidature d’Alassane Ouattara.

Aux rangs des participants : des militants et des cadres du Front populaire ivoirien (FPI), du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) ou encore de Générations et peuple solidaires (GPS).

Devant la scène, un grand vide. L’affluence est faible, mais Diack Gassama, cadre de Générations peuples solidaires, le mouvement de Guillaume Soro, explique qu’il s’agit d’un premier essai avant d’autres appels à la mobilisation.

« Le symbole qu’il faut retenir aujourd’hui, c’est que nous disons non à l’exclusion des candidats Laurent Gbagbo, Guillaume Soro, et également que nous exigeons la dissolution de cette CEI qui n’est pas crédible. »

Pour animer le rassemblement, les artistes se sont succédé toute la matinée en présence notamment du maire PDCI de Cocody, Jean-Marc Yacé ou encore du secrétaire général adjoint du FPI César Etou.

Certains militant portent d’ailleurs un tee-shirt sur lesquels est inscrit le message « Unis pour sauver la Côte d’Ivoire », accompagné des portraits des deux anciens présidents, côte à côte, Laurent Gbagbo (FPI) et Henri Konan Bédié (PDCI).

« Depuis 1999, la Côte d’Ivoire ne fait que vivre la guerre. Et donc, pour qu’il y ait un changement, aujourd’hui l’opposition se met ensemble. On veut la réconciliation des Ivoiriens. » 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »