Accueil / Africa top success / La SNTF se renforce par un 32è train de type « Coradia »

La SNTF se renforce par un 32è train de type « Coradia »

Partagez ceci :

La société nationale des transports ferroviaires (SNTF) a vu l’arrivée d’un train de grandes lignes polyvalent fabriqué par Alstom, un train de type « Coradia ».

Selon le directeur général de la SNTF, Yacine.B, ce dernier et à la clôture du séminaire international sur la réhabilitation du matériel ancien, organisé par cette société publique en collaboration avec l’Union internationale des chemins de fer (UIC)-Région Afrique, dira « Le 3e train Coradia a débarqué au port d’Alger, et sera réceptionné par la SNTF demain lundi (Ndlr : Aujourd’hui) », cela sans préciser la liaison devant être assurée par ce nouveau train.

Il dira en outre : « On doit d’abord effectuer les essais techniques, et ce sera après que notre décision sera prise sur la liaison qui sera assurée par le train en question.

La société en question avait déjà reçu deux trains Coradia sur les 17, dont la réception est prévue pour l’année en cours, où il y a la mise en service commercial du premier train Coradia Algérie, reliant Alger et Oran, ainsi que l’inauguration de la nouvelle gare ferroviaire Agha, dédiée aux grandes lignes qui seront desservies par les trains Coradia.

Notons qu’au mois de Juillet 2015, la SNTF avait attribué à Alstom un contrat pour la livraison de 17 trains Coradia polyvalents. Ces trains relieront la capitale Algérienne (Alger) vers les grandes villes algériennes, entre autres, Oran, Annaba, Constantine et de Béchar.

Signalons aussi que « Coradia » est un train de grandes lignes polyvalent bi-mode (diesel et électrique 25 kv), avec une circulation qui peut atteindre une vitesse de 160 km/h. D’une longueur totale de 110 mètres, le train est composé de six voitures dotées d’une capacité totale de 254 sièges, dont 60 en première classe.

Il est aussi muni d’un plancher bas facilitant l’accès et le déplacement à bord, en particulier pour les personnes à mobilité réduite. Sur un autre registre et concernant le projet du train reliant directement Alger à Tunis, d’où le lancement qui a été initialement prévu pour 2017, mais qui a été retardé pour des raisons techniques, nous dit-on, Bendjaballah a indiqué que ce projet pourrait être rediscuté à partir de l’été prochain, cela même si les priorités de la SNTF demeurent à présent le renforcement des lignes internes et la réhabilitation de ses anciens trains.

D’ailleurs, au 4è et dernier panel du séminaire, les participants fustigeaient qui de droit et pointaient du doigt le faible niveau de collaboration entre pays maghrébins et africains dans le domaine ferroviaire.

Cela étant, une certaine prise de conscience dans ce domaine a été observée depuis 2013 au niveau africain, avec la multiplication de formations, séminaires et rencontres, pour permettre aux 54 états africains d’échanger leurs expériences en matière de gestion et de développement du réseau ferroviaire, aurait noté M. Belarbi, représentant de l’UIC-Région Afrique.

Soulignons enfin que la 34e session du comité maghrébin du transport ferroviaire a été organisée dernièrement, en marge du séminaire. Couronné d’ailleurs par la signature d’un procès verbal concernant les actions devant permettre la consolidation de la coopération entre les pays concernés.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »