Obodjé Kouamé, le jeune ivoirien qui révèle le monde de la divinité grâce à l’art

Partagez ceci :

Abidjan voit émerger un jeune artiste uni à la perfection, divinité et art. Revenu à la capitale après s’être réfugié dans son village maternel, Ahoué, village attié, lors des crises post électorales de 2011, Obodjé Kouamé assume pleinement son devoir de « messager » des divinités à travers son art.

L’artiste se lance dans une transcription visuelle de son apprentissage initiatique, sans avis ni regard professionnel, sous forme de peinture brute et d’écriture automatique en référence aux tables de divination qu’il a vues dessinées dans le sable, mais aussi parce que, au contraire de l’oralité, ce médium matériel lui paraît inaliénable, nous apprend buzzyafrica.

Obodjé se laisse complètement guidé par ces messagers ; il produit ses dernières séries avec une expression plus personnelle, plus encore dans ce qu’il est convenu de nommer art brut selon les termes de Jean Dubuffet : « les auteurs tirent tout (…) de leur propre fond et non pas des poncifs de l’art classique ou de l’art à la mode. Nous y assistons à l’opération artistique toute pure, brute, à partir seulement de ses propres impulsions ».

Le jeune artiste plasticien entend partager les profondes valeurs humanistes et universelles de ce monde de divinité.

Les œuvres de l’artiste ont déjà été plusieurs fois exposées, une autre exposition est prévue du 09 février au 03 mars au Studio Jean-Servais Somian à Grand Bassam Impérial, rapporte notre source.

Ecrire à l’artiste via sahoamede@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *