Home / A la Une / Tiken Jah: taxé de « traitre », l’engagement de l’artiste n’emballe plus les ivoiriens

Tiken Jah: taxé de « traitre », l’engagement de l’artiste n’emballe plus les ivoiriens

Partagez ceci :

En Côte d’Ivoire, les positions de l’artiste engagé Tiken Jah Fakoly ne sont visiblement plus appréciées à leur juste valeur. La star ivoirienne de reggae est décrié de tous les côtés. On le traite de « vendu », de « traite » ou encore de « lâche ».

Sa dernière déclaration sur l’ancien président Laurent Gbagbo lui a valu des commentaires tout aussi acerbes.

En effet, après avoir salué l’acquittement de l’ancien président et de son bras droit Charles Blé Goudé, l’artiste avait déclaré d’après Abidjanshow : « Je souhaite que Gbagbo Laurent se retire de la vie politique ivoirienne. Je le vois plus comme un diplomate parlant de paix et de réconciliation dans son pays et à travers le monde ».

Malgré les critiques, l’intérêt commun doit toujours primer, estime l’artiste.

« En Côte d’Ivoire, on ne fait pas la politique avec sa tête. Les Ivoiriens le font avec le ventre. Je n’appartiens à aucun parti politique. Aucun leader politique ivoirien n’est mon maître. Seul Jah est mon roi et moi, j’ai toujours été dans le peuple. Mon rôle est de dénoncer les tares de la société et la misère du peuple, et non faire plaisir à certaines personnes. Aujourd’hui, je suis traité de Judas pour certains, de vendu pour d’autres et bien d’autres noms d’oiseaux. Cela, parce que je critique ceux qui, hier, dans l’opposition, ont crié leur misère. Je suis traité de tous les noms», a déclaré l’artiste lors d’un entretien avec notre source.

Tiken Jah Fakoly, il faut le souligner, s’est toujours servi de sa musique pour dénoncer les faits qui minent la société notamment dans son pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »