Home / A la Une / Pourquoi certains pays s’opposent aux crypto-monnaies ?
Frankfurt, Hesse, Germany - April 17, 2018: Many coins of various cryptocurrencies

Pourquoi certains pays s’opposent aux crypto-monnaies ?

Partagez ceci :

Nouveau moyen de paiement, la crypto-monnaie suscite un engouement monstre sur le continent africain. A l’instar de l’Afrique du Sud, l’Egypte, le Kenya et le Soudan, le Nigéria totalise à lui seul plus de 8 % des transactions mondiales notamment par rapport au Bitcoin. Si ce géant de l’Afrique reste ouvert à Unibet, qui continue de faire gagner beaucoup d’argent aux parieurs sur Le Bon Pari Sportif, eh bien il entend néanmoins adopter des mesures de restriction contre les crypto-monnaies. Une décision qui a suscité l’indignation de la plupart des jeunes Nigérians.

Tout comme d’autres pays comme la Chine, l’Iran, l’Inde, le Bangladesh, le Maroc, la Thailande, l’Ouganda et la Zambie ont pris, par le passé, diverses mesures de restriction contre les crypto-monnaies, la Banque Centrale du Nigeria (CBN) a interdit le commerce du Bitcoin, Dogecoin, Ethereum dans le pays d’Afrique anglophone.

Expliquant les raisons qui motivent cette décision, elle affirme mordicus que « la monnaie numérique est utilisée pour le blanchiment d’argent et le terrorisme ».

Pendant ce temps, Unibet qui ne souffre d’aucune ambiguïté ni de restrictions, fait le bonheur des centaines d’audacieux en termes de pari sportif.

Dans une déclaration signée par Osita Nwanisobi, directeur par intérim de la communication d’entreprise, la CBN a déclaré que « l’utilisation de crypto-monnaie au Nigeria est une violation directe de la loi existante ».

Mais, ce rappel de la Banque centrale a déclenché une hystérie collective.

Qu’est-ce que la crypto-monnaie ?

La crypto-monnaie est une monnaie numérique ou virtuelle. Une monnaie qui ne peut être ni sentie ni vue. Elle est fabriquée par codage et les transactions en crypto-monnaie sont stockées dans une sorte de base de données appelée blockchain. La cryptographie est utilisée pour crypter et cacher les codes afin de protéger l’argent.

Le bitcoin a été la première crypto-monnaie et les experts disent que Satoshi Nakamoto, qui reste anonyme et inconnu, l’a inventé et présenté au public en 2019. Depuis lors, il y a eu des milliers de crypto-monnaies, comme le Litecoin, l’Ethereum, et même le Dogecoin.

À quoi peut servir le système de crypto-monnaie ?

Pour beaucoup de choses. Vous pouvez l’utiliser pour acheter des produits, des services et même échanger avec d’autres devises physiques.

Des célébrités et des milliardaires comme Elon Musk, Lionel Messi et Mike Tyson ont montré publiquement leur soutien à cet argent virtuel.

Alors pourquoi certains pays n’ont pas pas confiance ?

Une chose qui rend la cryptomonnaie différente de la monnaie normale que vous connaissez est qu’il n’existe pas de banque centrale ou d’administration unique la réglementant. Et c’est là que réside le gros problème ou l’attrait de la monnaie virtuelle.

Alors que certains pays comme l’Amérique ont adopté une position positive sur l’utilisation de la cryptomonnaie comme le Bitcoin pour les transactions, d’autres sont toujours sur la sellette ou l’ont interdit à juste titre !

Depuis 2017, par exemple, la Banque centrale du Nigeria interdit aux banques de détenir, d’échanger ou d’utiliser la cryptomonnaie pour les transactions.

Leur dernier rappel a déclenché un tollé et a suscité de nombreuses réactions.

Mais attention, le Nigéria n’est pas le seul pays à avoir un problème avec la cryptomonnaie.

La Chine, Taiwan, l’Iran, même le Canada et d’autres pays ont imposé des restrictions sur l’utilisation de la cryptomonnaie pour les transactions.

En fait, en Chine, la cryptomonnaie est complètement interdite ! Les banques ne sont pas autorisées à traiter ou à effectuer des transactions avec.

Certains experts pensent que, puisque les transactions avec la cryptomonnaie sont largement non réglementées, anonymes et intraçables, elle est devenue une sorte d’aide pour des choses comme le blanchiment d’argent, le terrorisme, les activités criminelles, pour acheter des armes légères, des armes et même pour échapper à l’impôt.

Quel est donc l’avenir de la crypto-monnaie ?

Personne n’a de réponse claire pour l’instant.

Mais une recherche effectuée et publiée par la Deutsche Bank allemande indique qu’il est possible qu’à terme l’inflation devienne courante et constitue un gros problème pour l’argent et que si cela se produisait, la demande de devises alternatives sera probablement élevée d’ici 2030.

Mais tout le monde acceptera-t-il enfin la monnaie virtuelle comme la cryptomonnaie dans 10 ans, cela reste une grande question à laquelle les experts et les gouvernements devront répondre dans les prochaines années

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »