Home / Artiste / Ramba Junior : le chanteur ivoirien de 9 ans qui bouscule les codes !

Ramba Junior : le chanteur ivoirien de 9 ans qui bouscule les codes !

Partagez ceci :

Ramba Junior fait parler de lui depuis quelques jours. Le jeune artiste-chanteur d’à peine 9 ans suscite de l’intérêt autour de lui. L’élève de CE2 est annoncé comme la future star de la musique ivoirienne.

Entre insouciance et réflexion, le petit garçon frêle crée de l’agitation autour de lui. Chacune de ses apparitions scéniques soulève les foules avec son titre intitulé «Tu veux te blôh».

Lancé sur la scène par les Kiff No Beat au cours de leur récent concert, le petit chanteur a également profité du spectacle géant en hommage à feu Dj Arafat au Stade félix houphouet boigny le 30 Août dernier pour marquer son territoire.

Diabagaté Aboubakar alias Ramba Junior est élève en classe de CE2. C’est à travers des freestyle hip hop aux accents «Nouchi» publié sur les réseaux sociaux que Ramba Junior s’est fait connaitre. Depuis, il affole les compteurs sur Facebook et instagram.

Priorité à l’école

Si le petit veut embrasser la musique comme son idole Dj Arafat, il va falloir faire avec les décisions de son père. Diabagaté Amed, mécanicien de son état, veut d’abord que le petit aille à l’école.

«Un jour, ma sœur qui vit en Angleterre m’appelle et me demande si mon fils est devenu chanteur. Je suis tout de suite surpris parce que je sais rien de cela. Elle me dit que l’enfant fait fort sur les réseaux sociaux avec ses freestyles. Au début, j’étais très furieux, parce que c’est un enfant, j’ai voulu savoir qui l’a entraîné dans cette activité. Moi, je veux qu’il aille à l’école et qu’il se concentre plus sur ses études», affirme son père, selon des propos relayés par Vibe Radio.

« Celui qui a entraîné mon fils dans cette aventure, j’ai pu l’identifier. Je suis allé à la Police pour porter plainte contre lui. Je l’ai convoqué au Commissariat à Marcory. Le jeune homme en question est venu me voir et me demander pardon. Il me dit qu’il ne savait pas que ce qu’il avait fait en entraînant un mineur sur les réseaux sociaux était contraire à la loi. C’est vrai qu’aujourd’hui, j’ai foi que mon fils peut aller loin dans la musique, mais pour moi, la priorité ce sont ses études» a-t-il ajouté.

Traduction »