RDC : une transition entre les nouvelles et anciennes générations s’impose

Partagez ceci :

Un nouveau gouvernement se forme en République démocratique du Congo. Au-delà de la représentativité des jeunes dans les institutions, il se pose la question de la place de la jeunesse dans les orientations des politiques publiques.

Des représentants de la société civile, notamment des organisations de femmes et de jeunes, seront reçus par le Chef du gouvernement pour discuter du sujet. En effet, la plupart des grandes figures politiques sont entrés très jeunes dans l’arène politique en République démocratique du Congo. Cependant, les jeunes politiciens peinent aujourd’hui à prendre la place de l’ancienne génération dans les institutions.

« Il est important que nous puissions nous rassembler. Et l’idée même du réseau de jeunes parlementaires, c’est d’avoir des jeunes qui peuvent réfléchir au-delà de nos clivages politiques, pour nous dire qu’est-ce que nous faisons pour que la majorité des Congolais, qui sont les jeunes, puissent être bien éduqués, bien soignés et puissent jouer le rôle qui est le leur dans une société qui veut se développer », explique le jeune député du FCC, Patrick Muyaya. Il a été en 2016 à l’origine de la création du Réseau des jeunes parlementaires qu’il préside aujourd’hui.

Pour Ted Beleshayi, secrétaire exécutif de la Ligue des jeunes de l’UDPS, cité par Rfi Afrique, « souvent, les jeunes n’ont pas d’emploi (…) Cela ne permet pas de faire le poids et d’imposer un rapport de force face aux aînés et du coup, le jeune politicien est souvent vu comme une sorte de garçon de courses malheureusement ». Les contraintes financières constitue un réel blocage par rapport aux relations entre nouvelles et anciennes générations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *