Accueil / A la Une / Togo : 2 militaires arrêtés pour avoir causé la mort d’un jeune garçon

Togo : 2 militaires arrêtés pour avoir causé la mort d’un jeune garçon

Partagez ceci :

Ayant subi des sévices corporels de la part de deux militaires des Forces Armées Togolaises (FAT) en poste à Akato Viépé, la mort d’un jeune ghanéen a suscité à la fois émoi et indignation. Dans un communiqué rendu public, et relayé par nos confrères de Emergence Media Togo, le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, Yark Damehame a fait savoir que les deux mis en cause sont aux arrêts.

“Dans la nuit, du lundi 23 au mardi 24 août 2021, aux environs de 23 heures, deux militaires des Forces Armées Togolaises, en service au poste dit “Numéro 20″ Akato Viépé (Canton d’Aflao Sagbado/préfecture du Golfe), sur la ligne frontalière Togo Ghana, ont exercé des voies de fait sur le nommé BEDI GEDZAH Félix, de nationalité ghanéenne, qui est évacué dans un centre de santé au Ghana où il a trouvé la mort”, peut-on y lire en substance.

En cause, une affaire de carte SIM disparue

“En effet, les militaires auteurs des faits auraient sollicité les services de la victime qui leur est très familière pour les aider à recharger un téléphone portable. Ayant constaté que cette dernière ne revenait pas jusqu’à la tombée de la nuit, les deux militaires se sont mis à sa recherche pour récupérer le téléphone.

Ceux-ci finissent par retrouver le jeune BEDI GEDZAH Félix et le téléphone mais sans la carte SIM. Incapable d’expliquer la disparition suspecte de cette carte SIM, il décide de prendre la fuite. Il est poursuivi et rattrapé dans la brousse avant d’être conduit au poste où il a subi des sévices corporels. Le jeune BEDI GEDZAH sera récupéré plus tard par deux de ses parents et évacué dans un centre de santé ghanéen. Le lendemain, les parents de la victime informent les services de sécurité du Togo que cette dernière a succombé aux environs de 03 heures du matin.”

Une enquête est ouverte pour faire toute la lumière sur cette affaire, assure le ministre Yark Damehane. 




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »