Home / A la Une / Togo/Cours en ligne : « L’idée est élogieuse mais pas faisable »

Togo/Cours en ligne : « L’idée est élogieuse mais pas faisable »

Partagez ceci :

Étudiants et élèves togolais devraient reprendre le chemin de l’école depuis le lundi dernier. Mais face à la menace du Coronavirus qui sévit, les apprenants sont encore sommés de rester à la maison. Toutefois, le ministre des Enseignement primaire, secondaire et de la Formation professionnelle, Atcha Dedji Affoh persiste et signe : l’année scolaire au Togo portera toutes les couleurs sauf la blanche. Dans le but de sauver l’année scolaire, le ministre dit être entrain de réfléchir à cours sur internet, à la radio et à la télévision. 

Mais vu les réalités du Togo, il revient que la réalisation de ce projet sera chose très difficile.

De le coût élevé de la connexion au manque de télévision et radio dans les foyers en passant par la mauvaise qualité de l’Internet, l’on se demande comment ce programme pourrait réussir.

Dans une adresse au ministère Atcha Dedji, Christian Spieker pour sa part, est clair : « L’idée est élogieuse et louable mais ce n’est pas faisable », affirme-t-il !

Lecture !

Monsieur le Ministre de lEnseignement primaire et secondaire, ancien Directeur général de Togocel,

je viens de lire ou d´apprendre que vous envisageriez des cours par le biais de la radio, de la télévision et même d´internet aux élèves, surtout ceux et celles des classes d´examens pour sauver l´année scolaire si c´est nécessaire au cas où la pandémie allait durer. L´idée est élogieuse et louable mais ce n´est pas faisable, donc il ne faut même pas l´envisager car la réalité des moyens dont disposent les parents d´élèves ne le permettrait pas. Les cours à la télé, radio et surtout internet Wifi n´existent pas encore partout dans les foyers au Togo. Je vous comprends, c´est de votre responsabilité de vouloir sauver l´année aux élèves en tant que Ministre de l´Enseignement. Mais Procéder ainsi c´est romp-re l´égalité de chance entre les enfants de la République car tous les parents d´élèves au Togo n´ont pas ces moyens à offrir à leurs enfants pour suivre ces cours à distance et en tant que Ministre et ancien Directeur de Togocel connaissant très bien le prix d´internet au Togo, vous n´êtes pas sans savoir que ce ne sera pas faisable car impossible pour les parents qui commencent déjà par manquer de tout pendant cette crise de coronavirus. Ce qui doit prévaloir en ce moment est la santé de tous les Togolais. Peu importe ce qui pourrait advenir.

L´organisation des cours à la radio, télévision et sur internet rompraient inévitablement l´égalité de chance entre les enfants de la République si vous vous permettiez de prendre une telle décision même si théoriquement c´est bon, pour la simple raison qu´elle entacherait lourdement votre passage dans ce ministère car non seulement les résultats des examens seront catastrophiques mais surtout aussi en raison des moyens nécessaires pour pouvoir suivre ces cours dont tous les parents d´élève ne disposent pas. Vous n´aurez même pas 20% d´admis dans les classes d´examens si vous procédez ainsi. Quel parent d´élève, même à Lomé aurait la possibilité d´offrir les moyens de suivre les enseignements des cours par le biais d´internet avec ce prix des forfaits fixé par Togocel et que je connais bien et que tout le monde connaît bien, à moins que le gouvernement les prenne en charge. Dans ce cas, je vous dirais félicitation mais cela m´étonnerait aussi, connaissant très bien ce gouvernement qui prend des décisions sans mesurer au préalable l´impact sur les concernés comme c´est le cas pour les conducteurs de taxi-motos (Zemidjan). Qui va payer la connexion sur internet à domicile aux élèves confinés chez eux pour ces cours, le gouvernement ? Prendre une telle décision pour organiser les cours et sauver l´année scolaire vaille que vaille, reviendrait pour de beaucoup de nos compatriotes à dire que vous ignorez totalement la réalité de ce que vivent les gens au Togo. Ce n´est pas parce que certains pays européens procèdent ainsi en l´occurrence la France que vous allez les imiter alors que les parents togolais n´en disposent pas les moyens. En France ou en Europe en général, l´internet est quasiment gratuit c´est-à-dire qu´il est à un prix quasi inexistant et on peut être sur internet 24h/24. Mais au Togo, personne ne peut se le permettre tout simplement parce que c´est trop cher. Et d´ailleurs les élèves dont les parents n´ont pas les moyens vont chercher à aller suivre ces cours chez leurs amis en se regroupant alors que c´est ce que le gouvernement évitait. Donc ceci va engendrer encore des conséquences néfastes qui sont la contamination et la propagation de ce virus.

Ce serait une décision surprenante si elle venait d´être prise. A moins qu´il y ait une intention inavouée qui est celle de sauver à tout prix l´année scolaire aux enfants des riches, des grandes personnalités politiques ou des expatriés qui fréquentent les lycées internationaux au Togo au détriment des pauvres. Mais je n´ose pas vous prêter aussi cette intention qui n´est autre qu´une analyse car je trouve la décision hasardeuse et contre-productive. Ce qui serait aussi contraire à l´idée républicaine et au principe de l´égalité de chance des enfants de même pays face à cette pandémie. En tant que Ministre de l´éducation que vous êtes, je vous conseillerais de voir d´autres alternatives courageuses qui ne vont pas fragiliser l´égalité de chance des enfants. S´il y a une décision à prendre pour sauver l´année scolaire, il faudrait voir l´intérêt des élèves d´une façon globale sans se laisser impressionner par qui que ce soit dont les enfants fréquenteraient les lycées internationaux. En terme clair, la décision qui sera prise pour sauver l´année scolaire, sera prise en prenant en compte la garantie de l´égalité des chances de tous les élèves se situant sur tout le territoire togolais, peu importe l´école que chacune ou chacun fréquente.

Etes-vous convaincu que la télévision se trouve dans chaque foyer au Togo, moins encore un PC ( ordinateur portable) avec la connexion internet Wifi pour que chaque enfant puisse suivre ces cours à distance? Et pour combien de montant, les frais de connexion internet alors même que la société d´Etat, Togocel n´est même plus entre les mains de l´Etat togolais à 100%. L´étranger, lui, il est venu pour faire le commerce et les affaires. Voilà pourquoi vous ne pouvez plus lui imposer quoi que ce soit car il est majoritaire dans ladite société. C´est une grave erreur d´Etat et c´est maintenant de vous en rendre compte. Bien sûr c´est une décision du gouvernement à vos dépens aussi car la décision de la cession à une entreprise étrangère n´est pas prise par vous-même. Donc il faut les mettre devant leur responsabilité en tant que décideurs de cette cession de Togocel à une société étrangère et non les enfants des pauvres en tant qu´élèves qui vont payer les frais.


Monsieur le Ministre, ce n´est pas une décision correcte de procéder ainsi pour les élèves dont les parents n´ont rien pour pouvoir y faire face. Elle aura des effets très néfastes dans les foyers. Certes, vous cherchez à sauver l´année. C´est une bonne chose mais la manière dont vous envisagez de procéder pour la sauver n´est pas la bonne. Cherchez une autre voie équitable, juste et républicaine pour tous les élèves. Celle-là que vous envisagez ne l´est pas à mon avis.

À mon point de vue, cette décision d´organiser les cours par les moyens de médias, profiterait seulement aux enfants dont les parents sont aisés ou ceux dont les parents disposent de la richesse du pays. Un Togolais moyen ne pourra pas le faire. Le gros problème est non seulement l´internet mais aussi son coût pour les foyers modestes pour ne pas dire pauvres.

Si nous continuons par copier ce qui se fait en France alors que nous vivions une autre réalité au Togo, cela aggraverait inévitablement l´injustice et l´inégalité frappantes qui existent déjà dans notre pays. Tant que nous ne serons pas en mesure de revoir notre système éducatif et notre façon de penser dans notre société en prenant en compte notre réalité pour l´avenir de la jeunesse, on ne pourra jamais s´en sortir. Or, c´est ce domaine qui forme les jeunes pour la relève de demain.

Je ne vais pas aller très loin dans mon point de vue car c´est juste une simple suggestion pour dire que cette décision sera difficile à mettre en pratique. Certes, comme dit plus haut, les enfants des nantis n´auront pas de problème pour suivre ces cours mais la majorité des élèves au Togo n´a pas cette possibilité de suivre les cours par ce biais. En tant que Ministre de l´enseignement, vous pouvez envisager de prolonger l´année scolaire mais pas en sacrifiant l´intérêt des pauvres au profit des enfants des riches ou privilégiés de notre pays.

L´occasion me permet ici de soulever aussi un fait réel au Togo que j´ai constaté lors de mon long séjour au pays. C´est que le domaine de l´éducation est pratiquement abandonné par l´Etat. Les collèges et lycées poussent partout au Togo comme des champions dans le champ d´ignames. Or c´est le devoir de l´Etat. L´Etat ne remplit pas ses devoirs dans ce domaine pour l´éducation de ses enfants. Il laisse tout à la charge des parents et cela ne fait que profiter aux fondateurs d´écoles et de collèges qui font de l´argent sur le dos des pauvres parents d´élèves. C´est un sujet qui doit être un sujet de réflexion car je le trouve très injuste. C´est à l´Etat de créer des écoles. Il a complètement failli ici comme il en est aussi dans d´autres domaines. Il est à constater qu´il y a au Togo plus d´écoles et collèges privés que les écoles officielles créées par l´Etat.


En tant que citoyen que je suis et surtout ayant l´ambition politique pour le pays, il est important et même utile pour moi d´exprimer mon point de vue et faire des suggestions à caractère républicain et égalitaire pour tous les enfants de notre pays.

Veuillez considérer ceci comme une suggestion. L´Etat doit toujours être exemplaire dans tout ce qui offre l´égalité de chance entre ses enfants et surtout ne doit pas fuir ses devoirs et responsabilités vis-à-vis d´eux sinon cela entraînerait une inégalité profonde dans le pays entre les riches et les pauvres. C´est à l´Etat de veiller à cela avec un œil attentif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »