Home / A la Une / Tunisie: braquage de « El Amen Bank » à Kasserine

Tunisie: braquage de « El Amen Bank » à Kasserine

Partagez ceci :

Même s’ils se faisaient rares, les faits-divers et autres faits insolites se produisent au moment où l’on s’attendait le moins. Ça se passe souvent dans des pays où règne l’insécurité ou dans ceux où la facilité d’accomplir de sales besognes devient facile et ouvre accès à des personnes qui ne sont même pas professionnels dans leurs actes, comme les braqueurs de banques et de postes (PTT), qui souvent sont interpellés ou mis hors d’état de nuire (Si on peut l’appeler ainsi).

En Tunisie, ce pays n’est pas épargné par ce genre de trucs qui se passe au quotidien, où des informations parlaient souvent des femmes volées en pleine rue, délestées de leurs biens (Bijoux, argent…) et souvent au vu et au su des passants qui restaient sans réagir, car ayant peur de payer le prix fort de leurs interventions. Ce qui amène souvent les spécialistes à se poser la question sur le comment mettre fin à ce genre d’incidents, d’où les questions dont les réponses restaient souvent vaines.

C’est le cas du braquage d’hier, où un vol à main armé a eu lieu dans une agence de la banque privée « Amen Bank » dans la région du Kasserine. Un braquage effectué par quatre individus et dont le montant s’élève à 90 mille dinars. C’est ce qu’auraient indiqué les responsables de la banque mercredi soir dans un communiqué publié sur un réseau social qu’est « Facebook ».

Là, on précisa que l e vol en question n’a pas causé de préjudices à ses employés et ses clients. Il aura fallu l’intervention des unités de forces de sécurité qui ont été dépêchés sur les lieux aussitôt après le braquage. On annonce que  les investigations sont en cours.

Une information confirmée par le ministère de l’intérieur où c’est notifié qu’un hold-up armé, a été perpétré dans cette agence bancaire située dans le quartier « Ennour » à Kasserine et où les voleurs se sont emparés de l’argent avant de prendre la fuite. D’ailleurs, on annonce que le ministère public a ordonné l’ouverture d’une enquête, ajoute le communiqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »