Home / Affaires / Burkina Faso: Rama la slameuse inculpée pour blanchiment de capitaux, la toile s’enflamme

Burkina Faso: Rama la slameuse inculpée pour blanchiment de capitaux, la toile s’enflamme

Partagez ceci :

Ouagadougou, la capitale du pays des hommes intègres est en pleine ébullition médiatique depuis l’arrestation de la slameuse Ramata Diallo. Inculpé et placé sous mandat de dépôt, par la justice pour blanchiment d’argent, les commentaires et avis divergent.

Si pour d’autres l’on peut gagner honnêtement son argent et en disposer comme on veut, pour d’autres l’humilité est de mise quelque soit la richesse dont on dispose.

« A force de vouloir trop se montrer, on finit par se brûler les ailes car il me semble que c’est la même exhibitionniste qui, à coup de publicité tapageuse finançait en 2018 le pèlerinage à la Mecque de 16 prétendues pauvres dames de son quartier. Apparemment son slam marche, ses business roulent aussi et il lui reste de mettre à la disposition de la justice ses livrets comptables pour prouver sa cleanitude. Bravo donc à la justice burkinabè mais elle ne doit pas s’arrêter au seul cas de cette lessiveuse de billets de banque car dans un passé récent, on a vu certains rejetons de gourous (cas de bassolé), qui lavaient leurs bagnoles avec du champagne à Ouagadougou au vu et au su de tout le monde », a laissé en commentaire un internaute.

Il faut souligner que l’artiste a attiré l’attention avec ses sorties rocambolesques sur les réseaux sociaux. Outre les vidéos de billets craquants, la dernière frasque a été avec l’anniversaire fastidieux de sa fille à coups de millions. A cela s’ajoute les nombreux biens matériels.

Interpellé le jeudi, le juge a voulu savoir d’où provenait son argent. Pour ce dernier, ce serait du blanchiment de capitaux, rapporte lefaso.net. Après plus de 6 heures d’audience, l’artiste, qui soutient que sa fortune provient de ses boutiques de ventes de produits divers aussi bien à Dakar au Sénégal et à Ouagadougou, n’a pas su convaincre le juge.

Outre le blanchiment, la slameuse est aussi taxé d’outrage à agent, de menace de mort, de rébellion et d’atteinte à la vie privée. Des faits qui conduiront à son déferrement à la maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou, en attendant son jugement en juillet prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »