Accueil / Politique / Comme l’ONU, l’Union Africaine lance un appel pour taire les guerres en Afrique d’ici 2030
Union Africaine, siège

Comme l’ONU, l’Union Africaine lance un appel pour taire les guerres en Afrique d’ici 2030

Partagez ceci :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’organisation panafricaine a appelé les détenteurs illégaux d’armes légères et de petit calibre à les remettre aux autorités nationales sans poursuites judiciaires. Sauf que cet appel risque d’être sans suite comme celui lancé par l’ONU en 2013.

«D’ici à 2030, nous devons réussir à faire taire les armes sur le continent. Ce message nous devons le faire passer partout sur le continent. Nous devons agir dès maintenant et nous avons besoin de la collaboration des médias pour un véritable mouvement de passe qui nous permettra de de nous débarrasser définitivement des armes légères et de petits calibres », a affirmé l’ambassadeur Bankolé Adéoyé, le commissaire de l’Union Africaine (UA) aux affaires politiques, à la paix et à la sécurité. C’était lundi soir à Lomé. Le commissaire de l’Union Africaine a appelé les détenteurs illégaux d’armes légères et de petit calibre sur le continent à « les remettre aux autorités nationales compétentes et sans aucune crainte d’être traduits devant la justice ».

Ces propos ont été tenus  à l’occasion d’une conférence de presse animée au terme de la première journée de la session consacrée au lancement du mois de l’amnistie, institué depuis 2017 par l’UA.

 Bankolé a affirmé que les détenteurs de ces armes ne savent pas qu’au cours de ce mois de septembre, on peut surtout poser ce geste et sans inquiétude pour sa propre sécurité. C’est à ce titre qu’il a appelé les médias africains à les aider à apporter ce message aux populations en vue d’aider l’UA à avancer dans son objectif de construire une Afrique de paix conformément à son agenda 2063.

Sauf que l’appel lancé par l’Union Africaine risque de tomber dans les oreilles de sourds. En 2013, l’ONU avait pris une mesure importante visant à mettre fin aux conflits en Afrique. Alors que l’Union africaine célébrait son cinquième anniversaire, les chefs d’État et de gouvernement ont adopté un plan d’action et fixé l’objectif de faire taire les armes d’ici à 2020. Puis, lors de sa 430e réunion, en avril 2014, le Conseil de paix et de sécurité (CPS) a cherché à mobiliser les États Membres et les partenaires de l’Union africaine pour qu’ils conçoivent de nouvelles approches afin d’atteindre cet objectif. Jusqu’à ce jour, la mesure n’a eu aucun effet et les armes continuent librement de circuler en Afrique. 

Selon une étude menée en 2019 par l’UA, plus de 40 millions d’armes légères et de petit calibre circulait à cette époque sur le continent. Un nombre, qui devrait «certainement évoluer en 2022, si cette étude est menée de nouveau». Ce chiffre a affirmé l’ambassadeur Bankolé Adéoyé, est un scandale, surtout que «les forces de l’ordre et de défense qui ont une mission légale de protection et de défense sur le continent possèdent moins d’armes que cela».

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »