CPI: Fatouma Bensouda interdite de séjour aux USA

Partagez ceci :

Le séjour, annoncé de la procureure de la Cour pénale internationale (CPI) est avorté. Washington vient de révoquer son visa.

Selon un mail que son bureau a adressé à Reuters, Fatou Bensouda est interdite de séjour aux Etats-Unis d’Amérique.

« Nous pouvons confirmer que les autorités américaines ont révoqué le visa d’entrée aux États-Unis du procureur », a signalé le bureau de Mme Bensouda à Reuters dans un e-mail.

A en croire l’information rapportée par le site de BBC, la raison de cette révocation du visa s’explique par l’envie de la procureure d’aller enquêter sur les crimes de guerre commis par l’armée américaine en Afghanistan.

Il faut préciser qu’en mars dernier, le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, avait annoncé la mesure de restriction.

« Si vous êtes responsable de l’enquête proposée par la CPI sur le personnel américain en relation avec la situation en Afghanistan, vous n’êtes pas supposé obtenir un visa, ou être autorisé à entrer aux États-Unis », menaçait-il au micro de BBC.

Selon l’AFP, depuis novembre 2017, la procureure de la CPI Fatou Bensouda avait annoncé qu’elle allait demander aux juges l’autorisation d’ouvrir une enquête sur des crimes de guerre présumés commis dans le cadre du conflit afghan, notamment par l’armée américaine. En Afghanistan, les États-Unis sont toujours à la tête d’une coalition militaire qui a renversé le régime des talibans fin 2001.

« À tout moment, la CPI pourrait annoncer l’ouverture d’une enquête formelle contre ces patriotes américains », a expliqué le conseiller de Donald Trump.

« Aujourd’hui, à la veille du 11 septembre » et de l’anniversaire des attentats de 2001 qui avaient déclenché l’opération en Afghanistan, « je veux adresser un message clair et sans ambiguïté de la part du président des États-Unis: les États-Unis utiliseront tous les moyens nécessaires pour protéger nos concitoyens et ceux de nos alliés de poursuites injustes de la part de cette cour illégitime », a-t-il martelé.

« Nous n’allons pas coopérer avec la CPI, nous n’allons pas lui fournir d’assistance, nous n’allons pas adhérer à la CPI. Nous allons laisser la CPI mourir de sa belle mort », car « pour nous, la CPI est déjà morte », a-t-il insisté.

Il a aussi mis en garde contre d’éventuelles enquêtes visant Israël à l’instigation de l’Autorité palestinienne.