Home / A la Une / Crimée : Sputnik Salah « L’Algérie doit se libérer de la France »
©PHOTOPQR/LA PROVENCE/VALLAURI Nicolas ; Marseille ; 03/03/2019 ; Des manifestants anti-Bouteflika se sont regroupés autour de la Porte d'Aix à Marseille. Les manifestants ont scandé des slogans hostiles à Abdelaziz Bouteflika, qui pourrait se présenter pour un 5e mandat pour diriger l'Algérie. demonstration against the Algerian President Abdelaziz Bouteflika's decision to stand for a fifth term in office, in Marseille on March 3rd, 2019.

Crimée : Sputnik Salah « L’Algérie doit se libérer de la France »

Partagez ceci :

Le 5è forum économique international de Yalta en Crimée a été une occasion pour le président de l’Association Ambassadeur des Jeunes Algériens de fustiger le monopole économique de la France en l’Algérie. Sputnik Salah Eddine Tiar propose à l’état algérien de faire appel à d’autres pays plus fort économiquement afin qu’ils s’implantent pour le développement. Pour ce faire, l’Algérie doit « se libérer de la France » lance-t-il.

Le fondateur de l’Association Ambassadeurs des Jeunes Algériens n’a pas loupé l’occasion de dire à l’état algérien de couper le pont avec la France en matière de coopération économique.

«Sur le plan économique, l’Algérie doit se libérer de la France», a-t-il confié. «Malgré que nous sommes indépendants depuis 1962, la France continue de contrôler notre économie», a-t-il ajouté, soutenant que «nous devons nous libérer de la France pour qu’on puisse coopérer avec des pays comme la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud» a lancé Sputnik Salah Eddine Tiar lors du 5è forum économique international de Yalta, en Crimée.

 Relevant les nombreux avantages sur le plan économique de la France auprès de l’Algérie, Tiar a expliqué que le système français — avec l’aide de l’oligarchie algérienne, « le gang » pour reprendre le propos du chef de l’Armée algérienne — est en train de ralentir le développement de l’Algérie» et d’ajouter «Nous sommes un pays exportateur de pétrole et de gaz, exactement comme les pays du Golfe. Pourquoi nous ne sommes pas développés comme ces pays», demande-t-il, rappelant que «dernièrement la presse internationale a rapporté les propos d’un haut responsable italien qui accusait la France d’avoir appauvri les pays africains et bloqué leur développement».

 Ensuite il a donné les solutions qui vont permettre à l’Algérie d’amorcer véritablement un développement économique et propose des partenaires capables d’investir.

«La vision de la Chine en Afrique, comme partout dans le monde, est strictement économique et sa démarche est différente de celle de la France qui contrôle les économies des pays africains» a t-il ajouté.

La politique française en terme économique n’est pas acceptée par tout le monde en Algérie. En septembre 2018, l’ancien ministre algérien de l’Énergie et des Mines et ex-PDG de la société nationale algérienne des hydrocarbures Sonatrach, Chakib Khelil remarque que la France est un frein pour l’investissement étranger dans leur pays.

Il pense que les investisseurs américains sont obligés de demander le ok de la France avant de s’installer en Algérie, ce qui constitue un blocage pour le développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »