Accueil / Africa top success / Crise dans l’éducation en Algérie: les autorités assurent « garantir le droit constitutionnel à l’enseignement »

Crise dans l’éducation en Algérie: les autorités assurent « garantir le droit constitutionnel à l’enseignement »

Partagez ceci :

En grève illimitée depuis plusieurs semaines, lancée pour rappel, par la coordination nationale des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (CNAPEST), cette dernière serait sur le point de s’estomper après les appels du ministre de l’éducation nationale, Madame N.Benghabrit et des syndicats ainsi que des associations des parents d’élèves.

La première responsable du secteur est déterminée à sauver le 2è trimestre en rassurant les élèves et leurs parents que tout sera mis en œuvre pour surmonter la crise.

« J’aimerais dire à mes élèves que toutes les mesures sont prises pour garantir leur droit constitutionnel à l’enseignement, en ayant à cœur le principe d’équité et d’égalité des chances. Nous veillerons à ce qu’il soit effectif, de sorte qu’aucun ne soit lésé. Notre raison d’être c’est vous, et nous allons vous protéger. », a-t-elle déclaré.

Des messages pleins de sens lancés en direction des lycéens, leurs parents ainsi qu’aux fonctionnaires du secteur. Un appel qui se veut avant tout une marque de soutien en direction des élèves qui ne peuvent payer le prix d’une «surenchère» syndicale qui fait «fi» des lois de la République. Tout comme il est un signal fort de sa part sur sa détermination à aller jusqu’au bout de ses principes et, surtout, à ne pas céder aux exigences des organisations syndicales, le Cnapeste, en premier, à l’origine, pour rappel, de la grève illimitée.

« A mes élèves, je voudrais dire que je suis très sensible à la situation stressante que vous subissez. J’ai conscience que vous êtes doublement pénalisés. Non seulement vous n’avez pas eu cours pendant un certain temps, mais vous accumulez les retards alors que vos camarades qui ont les moyens suivent des cours particuliers. Rassurez-vous, votre inquiétude est entendue. A vous de travailler, d’être assidus, à nous de vous garantir l’encadrement nécessaire et de vous assurer que nous tiendrons compte de la complexité de la situation qui vous a été imposée.», a-t-elle préconisé non sans prendre le soin de rappeler les « efforts » consentis par son département pour désamorcer la crise et éviter aux lycéens de vivre une telle situation.

Mme la ministre évoque les rencontres marathoniennes tenues jusqu’à des heures tardives avec les syndicats dont le CNAPEST où avec ce dernier, elle dira: « il y a eu des rencontres tenues dans le cadre de réunions bilatérales et groupées. Jusqu’à la veille du déclenchement de la grève illimitée, j’ai personnellement rencontré son coordonnateur avec d’autres membres du bureau national afin de les dissuader de recourir à cette action extrême, en vain. Maintenant, il y a les lois de la république et il y a l’obligation dont nous sommes investis de garantir une scolarité apaisée à nos élèves ».

Enfin, la ministre a tenu à saluer les parents d’élèves à travers notamment la fédération nationale (FNAPE) et l’association nationale et (ANPE) pour leur sens de la responsabilité, l’accompagnement des élèves et le travail de sensibilisation qu’ils ont mené auprès des enseignants.

Par Ra.M

 




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »