Accueil / Non classé / Le roi Charles III exige-t-il (vraiment) que ses lacets soient repassés ?

Le roi Charles III exige-t-il (vraiment) que ses lacets soient repassés ?

Partagez ceci :

Depuis qu’il est devenu roi d’Angleterre après la mort d’Elisabeth II, beaucoup de bruits circulent sur les exigences et habitudes de Charles III. Des rumeurs sans fondement ? Qu’en est-il réellement ? Eh bien, son ancien majordome Grant Harrold, a décidé de prendre la parole. Et il est visiblement tout autant surpris que le reste du commun des mortels.

Le nouveau roi d’Angleterre se déplace-t-il avec sa propre lunette de toilettes ? Demande-t-il à ce que ses lacets soient repassés ?

« Pourquoi voulez-vous ne serait-ce que repasser des lacets ? Ça n’a vraiment aucun sens… C’est complètement fabriqué et je ne sais pas d’où ces remarques viennent », a déclaré l’ancien employé royal à ET Canada.

Au dernier questionnement de Grant Harrold, renseigne 20 Minutes, l’on pourrait souligner au prime abord que l’information émane de Paul Burrell, l’ancien majordome de Lady Diana, l’ex-femme de Charles, et qui, comme sa patronne, n’a jamais vraiment beaucoup porté Charles dans son cœur.

Il a fait ces déclarations à propos des lacets royaux dans un documentaire pour Amazon Prime, intitulé Serving the Royals : Inside the Firm.

En ce qui concerne le trône personnel du roi, la rumeur vient du livre Rebel Prince, The Power, Passion And Defiance Of Prince Charles, de l’ancien journaliste de la BBC, Tom Bower, qui a recueilli plusieurs témoignages.

Pour Grant Harrold, ce ne sont que « des bêtises ». A l’en croire, Charles est « comme sa mère », c’est-à-dire « drôle, piquant et un homme de tradition ».

Il prédit tout de même au nouveau roi que ce n’est que le début des difficultés, car « tout le monde aimait la reine » Elizabeth II.

Selon lui, il en sera de même pour la reine consort, Camilla, qui est pourtant « une femme adorable et très famille », mais a aussi « un sens de l’humour incroyable ».

Et de révéler ce jour où il marchait à côté de l’épouse du roi, dans un couloir, quand elle s’est « soudainement mise à courir » et ils ont donc fait la course jusqu’à une autre pièce.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »