Accueil / A la Une / Madagascar : des biens de la Reine Ranavalona III récupérés à Londres

Madagascar : des biens de la Reine Ranavalona III récupérés à Londres

Partagez ceci :

Des biens de la Reine Ranavalona III vont pouvoir rentrer au pays. Les autorités malgaches ont pu récupérer notamment une robe royale ayant été portée par la princesse Ramisindrazana, tante et conseillère politique de la reine Ranavalona III (XIXe siècle), lors d’une vente aux enchères à Londres, mardi.

A en croire Malgache Tribune qui cite un communiqué du ministère de la Communication et de la Culture, Madagascar a gagné les lots d’objets personnels de la Reine Ranavalona III et de la princesse Ramisandrazana. Ces biens étaient mis aux enchères par la maison de vente Kerry Taylor Auctions à Londres.

Pour la robe par exemple, selon le média malgache, il a fallu proposer la somme de 43 mille livres Sterling (environ 31.200.000 F cfa ).

Le directeur général de la Culture, Francis Razafiarison, alias Francis Turbo, a indiqué que l’État malgache effectue les démarches nécessaires pour pouvoir les rapatrier.

Plusieurs objets composent ce lot notamment, une robe de cour en velours et soie richement rebrodée de perles, une multitude de photos, de lettres et de documents divers, ainsi que quelques objets, concernant Ranavalona III, et sa famille.

Selon Paris-Match, cet ensemble de souvenirs avait été rassemblé par Clara Herbert. Fidèle dame de compagnie de Ranavalona III, cette Irlandaise l’accompagna, ainsi que les membres de la famille royale malgache, en exil sur l’île de la Réunion en 1897, puis en Algérie. Au décès de la Reine Ranavalona III, en 1917, Clara Herbert resta auprès de la tante et conseillère politique de celle-ci, la princesse Ramisindrazana, partant avec elle s’installer dans les Alpes-Maritimes.

Après la maladie et la mort de cette dernière en 1923, elle quitta l’ancienne famille royale. C’est un descendant de Clara Herbert, qui ayant retrouvé l’ensemble à l’occasion d’un déménagement, l’a proposé à la maison de vente Kerry Taylor.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »