Home / A la Une / Présidentielle 2020 au Togo : Emmanuel Gnagnon candidat

Présidentielle 2020 au Togo : Emmanuel Gnagnon candidat

Partagez ceci :

Ancien Secrétaire national à la Communication des FDR, Emmanuel Gnagnon a déclaré ce mercredi, sa candidature à la présidentielle de 2020. Le politicien auparavant membre du parti de Me Dodji Apévon, envisage désormais occuper le siège de Faure Gnassingbé.

DECLARATION DE DR JEAN EMMANUEL GNAGNON

Hôtel Avenida, 27 novembre 2019

Sentinelle, que dis-tu de la nuit ?
La nuit a été longue, mais le jour est venu !

Mesdames et messieurs,

Avant tout propos, je tiens à bénir le Nom Puissant du Très HAUT à cause du plan de Bonheur et de Gloire qu’il a fait pour la terre togolaise, pour les Togolaises et les Togolais, avant la fondation des Temps ! C’est donc Lui qui a permis ce jour qui sera écrit, j’en suis certain, dans les annales dorées de l’histoire de notre pays.
Je voudrais à présent vous remercier pour avoir répondu à notre invitation ici dans cette salle de la Concorde de l’Hôtel Avenida. Je sens soudainement le devoir de vous féliciter pour votre consécration et votre courage dans l’exercice de votre métier, si noble et si utile pour le progrès.
En effet, aujourd’hui, nous nous apprêtons à franchir une étape importante que nous avons commencé à préparer depuis plusieurs semaines, parce que j’ai compris qu’une aube nouvelle s’annonce pour le Togo et que nous devons accepter d’affronter la réalité dans une dynamique d’audace pour redonner espoir aux uns et aux autres. Une pareille révélation est un immense défi pour nous.
J’ai entendu beaucoup de Togolais, jeunes ou adultes, femmes ou hommes, qui pensent que notre pays ne connaitra plus sûrement la lumière de la justice ni les beaux éclats du progrès, le rayonnement de prospérité. J’ai lu hier seulement dans un groupe de discussion Whatsapp, un commentateur qui dit avoir rêvé de l’alternance en 2020 dans notre pays ; mais, très vite, un autre commentateur lui assène : « C’est dans ton cauchemar ! ». Une telle réaction sur fond pessimiste devant une profession d’optimisme, n’est pas surprenante. C’est ce que beaucoup de nos compatriotes sont devenus. Ils sont des millions à désirer ce en quoi ils ne croient plus après les nombreuses déceptions et attentes trahies. Beaucoup prophétisent même longue vie au régime en place, au système politique actuel, parce qu’ils estiment que les tenants du pouvoir sont devenus presque des dieux sur terre et qu’il est absolument impossible que le pouvoir leur tombe de la main. Oui, c’est vrai, cela apparaît ainsi très nettement ! Devant une telle situation, d’autres concitoyens proposent carrément le repli tandis que certains se sont enfermés dans une tour d’apathie et d’indifférence, la résignation et carrément l’exil. Il est donc un constat général que notre pays ne fait que descendre en pente douce dans une forme de régression atypique et déconcertante.
S’ajoutent à cela, les querelles politiques sempiternelles et presque programmées habilement entre un pouvoir devenu usé et obsolète, et une opposition stationnaire et enlisée, avec les mêmes visages, les mêmes hommes, les mêmes pratiques et les mêmes résultats toujours improductifs depuis de nombreuses années.
Je suis aujourd’hui très convaincu que le pouvoir de même que la classe politique de l’opposition font du tort au peuple, à sa valeureuse jeunesse, aux femmes battantes et infatigables, aux enfants dont les yeux brillent comme un avenir à peine difficilement couvé.
Et il faut oser le dire, parce que ce sont leurs modèles, leurs modes opératoires et leurs modes de pensée qui se sont usés à cause de la longue lutte pour l’alternance. Je l’affirme donc avec fierté que les aînés ont fait de leur mieux, ont donné de leur meilleur, ont sûrement fait preuve de volonté, et il faut saluer leur génération en les regardant droit dans les yeux et leur dire : « Vous n’avez pas démérité, parce que vous avez fait de votre mieux ! Peut-être que l’histoire a été un peu cruelle envers vous en vous confiant des rôles dans lesquels on n’est pas forcément des gagnants ! ».
Mais je puis rassurer que le Togolais du plus profond de lui-même sait qu’il doit gagner, progresser, se transformer et briller. Voilà qui explique la fracture sociale, le divorce entre le peuple et ses gouvernants.
Je sens et je sais que notre pays a la force, l’énergie et l’envie d’avancer parce qu’il a l’histoire et le peuple qui savent se donner rendez-vous à des moments décisifs, parce que notre pays a toujours été un pays-pilote des grandes expériences sous-régionales et continentales.
Notre peuple est un peuple fort, brave, courageux avec des talents divers et des potentialités énormes.
Au cours des luttes pour les indépendances, notre peuple a fait preuve d’une grande témérité qui continue d’inspirer quand on nous raconte cet épisode de notre histoire commune : c’était le temps de la fierté et de la dignité.
Mais aujourd’hui, le Togo n’a plus ce lien sacré avec lui-même. Après plusieurs décennies où nous avons lutté contre nous-mêmes, un régime oppressif, une opposition dépressive, un peuple réprimé, notre peuple a perdu la confiance en lui-même, laissant le doute s’installer dans un contexte d’injustices sociales fondées sur une gouvernance oligarchique et antipopulaire.
A l’heure actuelle, des solutions viables ne sont pas trouvées aux problèmes politiques de divisions internes, de droits de l’homme ainsi que de l’indépendance des institutions de la république, au chômage des jeunes, au manque d’infrastructures adéquates pour le système de santé et de l’éducation, au logement, à la corruption, etc. Notre pays est bloqué par le népotisme de tous ordres exacerbant la fracture sociale.
Alors que de nos jours, le monde entier est en train de rentrer dans une ère nouvelle, la mondialisation, le numérique, le changement climatique, le terrorisme, les inégalités croissantes, les crises politiques liées à des réformes profondes, restent bien des signes d’un monde en pleins bouleversements.
Il est plus que jamais clair que les grandes transformations qui s’imposent à nos sociétés et à notre nation, nous ne pouvons plus y faire face avec les mêmes hommes, les mêmes modes d’action pour finir par avoir les mêmes résultats qui seront toujours inadéquats, inappropriés et déphasés, parce que cela viendra encore décupler nos déceptions et le désespoir de beaucoup.
Face à une telle situation de léthargie politique et économique, nous ne pouvons tout simplement proposer d’ajuster les structures fondamentales de notre gouvernance politique infructueuse jusqu’à ce jour.
Il nous faut être véritablement conscients de la gravité de l’histoire et des moments capitaux que nous traversons pour être capables de prendre des décisions qui s’imposent pour faire avancer le pays. Ainsi, malgré l’horizon trouble et inquiétant, il y a également pour notre peuple, des opportunités, des promesses, des chances que l’histoire offre et nous fait tout en nous invitant au discernement. Nous ne pouvons plus demander aux Togolais d’attendre encore et encore. Nous devons oser regarder la vérité en face, débattre des grands changements contemporains, de la situation de la démocratie et de l’Etat de droit dans notre pays, et décider de la direction que nous devons prendre pour nous engager véritablement sur la voie du renouveau politique, économique et sociale.
Les Togolais, j’en suis éminemment convaincu, sont conscients des nouvelles exigences de notre temps. Ils le sont quelquefois même plus que la classe politique dans tout son ensemble, perdue dans les guerres de leadership et de pouvoir effréné. Lorsque je dis tout ce que je dis, retenez bien que je n’accuse personne, mais je prends le courage d’attirer l’attention sur une menace contre l’avenir de notre génération. Nous n’allons pas permettre qu’elle soit sacrifiée sur les mêmes autels et par les mêmes personnes qui ont vu la leur connaître les affres tumultueuses de plus de trois décennies de convulsions politiques sans repères. Il est pour moi clair que nous devons sortir des vieilles logiques politiciennes qui ont paralysé et bloqué l’appareil de l’Etat ainsi que la vie politique elle-même.
Je ne saurais donc éviter à ma logique d’être plus claire et faisant comprendre qu’il existe une certaine vacuité dans notre système politique actuel, dont les leaders tous bords confondus, ne semblent plus se battre pour l’intérêt général, mais plutôt se donnent les moyens des luttes pour les intérêts privés et partisans. Quand le régime semble privatiser le pouvoir, les opposants paraissent privatiser la lutte du peuple pour la démocratie !
J’ai pu me rendre à l’évidence durant ces dernières semaines ce qu’il en coûte de refuser les règles obsolètes d’un système politique qui est devenu le principal obstacle au progrès de notre peuple. Je suis conscient des critiques et de la fougue de l’adversité face à notre élan de réformateur, je suis prêt à l’éprouver, car cela ne fait que redonner de la force à ma détermination.
Parce que ce système politique, où les choses semblent être un deal entre pouvoir et opposition sur le dos du peuple, de l’immense majorité des Togolais, un tel système, je le refuse et je le dénonce !
Face à cette forme de complot, je crois en l’énergie du peuple togolais qui ne se laissera plus faire. Car désormais nous devons nous libérer des calculs politiciens, aux querelles stériles, de la concussion, du sabotage, et d’autres maladies chroniques qui gangrènent ceux en qui nous avons placé sa confiance jusque-là.
Il arrive, souvent dans la succession des générations, que l’histoire tente par elle-même de se libérer du cycle presque certain de sa propre régularité, en rompant la dynamique du désarroi et du trouble intérieur, dont elle porte les stigmates des souffrances et des douleurs de ceux qui attendent des jours nouveaux.
Je veux dire plus clairement que, aussi longtemps que le sauveur qui est attendu tardera plus encore et encore, le martyrisé tournera sa déception en une arme redoutable dont il se servira pour se libérer finalement de deux bourreaux : l’oppresseur réel et le soi-disant libérateur.
C’est aussi dire que pendant longtemps, la jeunesse a combattu l’illégitimité au pouvoir, mais prise aujourd’hui dans le tourbillon d’une surenchère de déception et de désespoir, elle prend aujourd’hui l’audace de remettre en cause fondamentalement la légitimité de l’opposition qui continue de la faire attendre.
Il est donc temps que nous puissions porter l’optimisme de la volonté populaire. Les Togolais ont trop souffert sans leur chair et il est vraiment de tout restaurer !
Dans quelques mois, il sera organisé des élections présidentielles dans notre pays, un rendez-vous de notre peuple avec son histoire profonde, ses craintes et ses doutes, son pessimisme ou son optimisme. Beaucoup disent déjà que tout est déjà calé, que rien n’est plus à faire, que les jeux sont déjà faits.
Mais, je voudrais dire au peuple du Togo que plus rien, plus rien ne se fera sans nous, parce que nous sommes la solution à la crise politique dans notre pays ; notre génération est l’alternative crédible.
De toute évidence, les élections présidentielles de 2020 nous donnent une opportunité pour refuser le statu quo actuel et tous ses corolaires et choisir d’avancer et ouvrir une porte nouvelle sur un jour nouveau pour notre pays.
Je suis conscient des exigences de la fonction de Président de la République, surtout dans un pays après de nombreuses années de gestion calamiteuse et avec une grave crise politique. Je le sais ! J’en prends la mesure. Elle sera plus dynamique dès que nous l’abordons avec des idées nouvelles et des paradigmes nouveaux, c’est pourquoi je suis candidat à la Présidence de la République et nous allons gagner, parce que je crois plus que tout qu’une aube nouvelle s’ouvre pour notre beau pays, notre nation afin de l’ériger dans son destin de l’or de l’humanité.
Je crois fermement que notre génération va créer la surprise parce que nous sommes nombreux ceux qui ont trop attendu, nous sommes trop nombreux ceux qui ne peuvent pas se soigner, nous sommes trop nombreux ceux qui n’ont pas accès à une éducation de qualité, nous sommes trop nombreux ceux qui sont sans emploi, nous sommes trop nombreux ceux qui sont violentés, nous sommes trop nombreux ceux qui sont obligés d’aller à l’exil pour survivre, nous sommes trop nombreux ceux souffrent du manque de logement, nous sommes trop nombreux ceux qui attendent encore et encore !
Nous ne pouvons plus attendre : nous prenons notre destin en main à partir de maintenant, car c’est notre heure qui a sonné et rien ne pourra l’arrêter !
Il faut restaurer le Togo ! Redonner une place à tout le monde qui qu’il soit, les anciens dirigeants auront toujours une place digne de même que tous les citoyens. Restaurer la vie politique, l’Etat de droit, la justice sociale, l’économie, les droits de l’homme, la dignité des Togolaises et des Togolais.
Nous avons foi que pour un Togo nouveau, plus de Togolais trop riches, plus de Togolais trop pauvres, nous serons tous des Togolais, des frères et sœurs, des compatriotes qui mettent leur savoir et leur énergie au service de la prospérité et de la paix. C’est pourquoi je place ma candidature sous le signe de l’espoir et de la restauration nationale.
L’heure est là pour d’inviter tous ceux qui ont trop attendu sous la tente jubilaire, venant de toutes les couches sociales, de tous les horizons et de toutes les obédiences ; nous sommes majoritaires et nous sommes la force du Togo Nouveau.
Nous appelons toutes les citoyennes et tous les citoyens à s’apprêter pour faire leur devoir suprême dans les jours à venir pour marquer notre liberté totale, pour se faire inscrire sur les listes électorales. Notre victoire passera par là.
Notre combat n’est dirigé contre personne, c’est le combat de la majorité des Togolais, c’est un combat pour la paix, la restauration, la fin des crises sempiternelles.
Notre candidature est l’espoir de notre génération et le secours de celle qui nous a précédés. J’en appelle à tous pour ouvrir les portes d’un Togo nouveau où nous aurons enfin un ancien président de la République vivant et consultable à tout moment, où les anciens leaders sont disponibles et accompagnent, où la jeunesse donne le meilleur d’elle-même dans une révolution de mentalités et où la fierté nationale et la gloire sont restaurées !
C’est ce que nous ferons car demain il fera beau sur la terre de nos aieux !
Vive la restauration du Togo !
Vive le Togo nouveau et prospère !
Vive la République togolaise !
Que Dieu bénisse et protège le Togo nouveau !

Je vous remercie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »