Home / A la Une / RDC : quand les députés transforment le parlement en ring

RDC : quand les députés transforment le parlement en ring

Partagez ceci :

En République démocratique du Congo, pour destituer le premier vice-président du parlement, bras droit du Président Félix Tshisekedi, il a fallu que les députés viennent aux mains avant le vote de la pétition.

C’est tard dans la soirée de lundi que les députés ont voté la pétition plus tard sans les députés UDPS qui ont quitté la salle de la plénière (289 voix pour, 17 contre, 9 abstentions).

Selon l’Afp, la présidente de l’Assemblée, Jeanine Mabunda, a suspendu la séance en début de soirée en voyant une bonne vingtaine de députés qui s’empoignaient violemment au pied de son perchoir.

Mme Mabunda a mis en cause les élus de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le parti du président de la République Félix Tshisekedi, minoritaire au Parlement.

“Je crois qu’on nous avait annoncé que le groupe UDPS ferait des incidents”, a-t-elle déclaré juste avant de suspendre la séance retransmise sur la chaîne de la télévision d’Etat RTNC.

Notre source renseigne que les députés de l’UDPS voulaient s’opposer physiquement à l’examen d’une pétition demandant la destitution d’un des leurs, Jean-Marc Kabund, de son poste de premier vice-président de l’Assemblée nationale.

Ces tensions agitent la coalition au pouvoir qui réunit les forces politiques du chef de l’Etat Félix Tshisekedi, et celles de son prédécesseur Joseph Kabila, largement majoritaires au Parlement.

Avant cette séance agitée, le président Tshisekedi avait reçu la présidente de l’Assemblée nationale Jeanine Mabunda, issue du Front commun pour le Congo (FCC) fidèle à Joseph Kabila. 

“Leur échange a essentiellement porté sur la bonne marche des institutions de la République”, assure la présidence de la République sur Twitter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »