Home / A la Une / Sénégal: Macky Sall cherche-t-il à anéantir le mouvement « Y’en a marre » ?

Sénégal: Macky Sall cherche-t-il à anéantir le mouvement « Y’en a marre » ?

Partagez ceci :

Fadel Barro et ses compères voleraient-t-ils trop haut au point où les tenants du pouvoir de Dakar voudraient leur couper les ailes? La question a tout son sens dans la mesure où les ONG partenaires techniques du mouvement « Y’en a marre » sont sommés de mettre fin à leur collaboration, sous peine de perdre son accord de siège.

Dans une note d’information diffusée le 14 novembre, rapportent plusieurs médias internationaux, le mouvement Y’en a marre affirme que l’ONG Oxfam, avec qui il a noué un partenariat en 2013, a reçu une « mise en demeure du ministère sénégalais de l’Intérieur » l’exhortant à mettre fin à leur collaboration, sous peine de perdre son statut au Sénégal.

Les mêmes sources révèlent que la procédure aurait été appliquée à l’encontre de LEAD Afrique Francophone, gestionnaire administratif et financier de Y’en a marre, dont le responsable financier a été convoqué par la police, comme de l’organisation ouest-africaine Open Society Initiative for West Africa (Osiwa, financée par le milliardaire George Soros).

Se prononçant sur les « pressions » exercées sur leurs partenaires, les responsables dénoncent un musèlement contre leur mouvement qui, faut-il le souligner, est très critique à l’égard du régime Sall.

A en croire un observateur, cet acharnement a atteint son paroxysme depuis le lancement du programme « Parel » du mouvement en direction de la future présidentielle.

A rappeler que le mouvement « Y’en a marre » est un groupe de contestation pacifique sénégalais créé en janvier 2011 par un collectif constitué de rappeurs et de journalistes (photo ci-dessous) dont les rappeurs Keur Gui, et les journalistes Cheikh Fadel Barro et Aliou Sané

Né à la suite de coupures d’électricité dues selon lui à la « gestion gabegique » de l’État, son but, selon les membres fondateurs, est d’inciter les Sénégalais à voter, à renouveler le personnel politique, à lutter contre la corruption et promouvoir le civisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »