Togo: à la découverte du train de la championne Reyhanath TOURE-MAMADOU

TAB Group Business
Partagez ceci :

Redonner aux femmes l’envie de réussir et d’aller de l’avant dans leurs entreprises, c’est la mission que se sont assignée, de nos jours, beaucoup de femmes leaders dont Reyhanath TOURE-MAMADOU. L’engagement qu’a pris Reyhanath est celui de défendre et de coacher des jeunes filles et femmes pour une transformation positive de leur personnalité.

Communicatrice, formatrice et coach transformationnelle de profession, elle n’hésite pas à mettre son professionnalisme et ses expériences au service des siennes et surtout celles en situation d’abandon.

Promotrice de « Train des championnes » qu’elle pilote avec Aimé APEDOH et Jean-Pierre TCHANGAÏ, une initiative qu’elle a mise en place pour pouvoir arriver à bout de sa mission. Un programme annuel dédié seulement aux jeunes filles et aux femmes.

« Nous avons remarqué, que lors de la plupart des rencontres des associations, organisations et réunions, il y a plus d’hommes que de femmes, pourtant c’est des cadres dans lesquels les gens apprennent beaucoup de choses. L’idée est de créer un cadre qui permet essentiellement aux jeunes filles et femmes d’y être pour changer une vie », explique Reyhanath, directrice du Cabinet REYHANATH & ASSOCIEES.

Un train annuel qui à chaque trimestre connait un arrêt où deux (2) jours sont consacrés pour une formation et une soirée dénommée « Comme si ».

C’est une soirée au cours de laquelle les participantes viennent en se projetant dans 5 ans.

L’impact de cette initiative dans la vie des participantes motive les promoteurs et notamment Mme TOURE-MAMADOU à poursuivre l’aventure.

Pour elle, c’est parce que les résultats sont passionnants, qu’il faut continuer. « Il y a certaines qui sont allées continuer les études à l’extérieur. C’est des personnes par exemple au départ avant de connaitre le train n’avaient pas envie d’aller à l’extérieur. Des championnes qui sont aujourd’hui en stage France, en étude en côte d’ivoire, au Kenya et il y a une qui n’a jamais voyagée mais qui a osée aller au Benin pour une formation sans connaître personne, au Nigéria pour la même cause et est revenue avec des opportunités pour lancer son business », témoigne la directrice.

Ce parcours meublé de riches expériences et de réussites, Reyhanath veut le mettre aux côtés du pool des Femmes Défenseures des Droits de l’Homme qu’elle vient de découvrir avec le Centre de Documentation et de Formation sur les Droits de l’Homme (CDFDH).

« Toutes les activités qui sont liées aux jeunes filles et aux femmes ont un lien, l’objectif ultime c’est de voir les jeunes filles et femmes épanoui et capable de dépendre de leur vie ».

Avec sa posture de femme conseillère, c’est une passion pour elle de voir une femme capable de reprendre sa vie. « Je ferais tout ce que je pourrais, que ce soit sur le plan expérience, compétence, dans le coaching pour la défense des femmes ».

Jean De Dieu SOVON