Togo:  » Il faut que l’Etat veille à la protection du droit des femmes », Houloud MAMAN

Partagez ceci :

S’engager aux côtés des personnes vulnérables en occurrence les personnes âgées, les femmes et les enfants, une vision que Houloud MAMAN a toujours nourrit et qui guide aujourd’hui sa vie en tant que jeune femme défenseure des droits de l’Homme.

Physiologiste-pharmacologue de formation, Houloud vit aujourd’hui sa passion qui est celle de se confronter aux nouveaux défis et d’apprendre de nouvelles choses au jour le jour. Elle, qui déjà trouve du plaisir à aider son entourage, se veut féministe car sa motivation majeure demeure celle de voir les filles et les femmes prospérer dans leurs entreprises.

Avec l’appui de son ONG, Amnesty International, Mlle MAMAN a menée plusieurs actions sensibilisations à l’endroit des jeunes filles et femmes pour susciter en elles une confiance afin qu’elles arrivent à réaliser leur rêve. « J’aime voir les filles aller de l’avant dans tout ce qu’elles entreprennent. Donc, les sensibilisations sont menées à l’endroit de ces jeunes filles afin qu’elles comprennent qu’elles peuvent aussi être des leaders de demain grâce à l’endurance, la détermination, la persévérance et le courage » explique-t-elle.

A en croire Houloud, tout le monde pense que la défense des droits de l’Homme n’est pas son affaire jusqu’au jour où on voit ses droits où ceux de ses proches brimés. Le climat de méfiance et la discrimination sont des défis majeurs qui expliquent la réticence des autres à prendre la décision de s’engager pour la cause des droits humains.

En ce qui concerne l’engagement des femmes dans ce domaine, la jeune femme défenseure souligne l’importance pour elles d’être ensemble et de mener leurs actions en synergie même si les domaines d’intervention divergent. Une plateforme que le Centre de Documentation et de Formation sur les Droits de l’Homme (CDFDH) offre à ces femmes défenseures. « Je salue ces braves dames qui mettent un peu de leur temps au service de leur communauté et le CDFDH pour cette belle initiative de mettre ensemble ces femmes qui se démarquent à travers leur engagement pour la cause des droits humains ».

Même si des efforts sont faits pour amener les communautés à voir les femmes prendre le devant des choses, Houloud croit qu’on peut faire encore. « Il faut que l’Etat veille à l’application des textes en faveur de la protection du droit des femmes, encourage les femmes à plus d’engagement et subventionne l’éducation des jeunes filles pour les études supérieures ou centre d’apprentissage. Ce qui contribuerait à l’émergence des femmes leaders », a conclu Mlle MAMAN.

Jean de Dieu SOVON, CDFDH