Accueil / A la Une / Afrique du Sud: la hausse vertigineuse du taux de féminicides!
Youth dressed in traditional Zulu attire hold posters during the 10th "Durban Sari Stroll" march on Durban's beachfront on September 15, 2019, as the annual Durban Beach Sari Stroll has evolved from celebrating the sari to becoming an advocate for women's issues. - The sari forms part of the cultural and religious attire that transcends the boundaries by its universal colourful appeal to all women. The stroll is to promote social cohesion across race and age boundaries in celebration of the sari. (Photo by RAJESH JANTILAL / AFP)

Afrique du Sud: la hausse vertigineuse du taux de féminicides!

Partagez ceci :

Au cours du premier trimestre de l’année, près de 7000 personnes ont été tuées en Afrique du Sud, un pays qui figure déjà parmi les plus dangereux au monde. Les femmes sont les premières victimes de ces crimes avec violences.

Vendredi, le ministre sud-africain de l’Intérieur a dénoncé une explosion des crimes avec violences. « Les trois premiers mois de l’année ont été violents, brutaux et dangereux pour de nombreux Sud-Africains », a souligné le ministre Bheki Cele lors d’une conférence de presse.

6.803 personnes ont été tuées au cours du premier trimestre de l’année en cours, marquant une hausse de 22,2% par rapport à la même période de l’année précédente.

Selon l’agence de presse IOL, plus de femmes ont été tuées entre janvier et mars par rapport à la même période l’année dernière. De janvier à mars, 898 femmes ont été tuées, contre 768 au cours de la même période en 2021, rapporte l’agence, citant le major-général Norman Sekhukhune, responsable de la recherche sur la criminalité au sein de la police. Cela représente une augmentation de 17,5 % des meurtres de femmes.

Le nombre de crimes de nature sexuelle a augmenté de 13,7%, avec 10.818 viols, tandis que le nombre d’enlèvements a plus que doublé, avec 3.306 cas, a indiqué le ministre.

« Rien ne peut justifier d’aussi terribles chiffres », s’est lamenté le ministre, en s’engageant à nettoyer les rangs de la police de ses éléments corrompus, de renforcer les équipements de ses services et d’améliorer les relations avec certaines communautés qui préfèrent mettre en place des milices pour assurer leur sécurité.

« Seule, la police ne pourra pas gagner la guerre contre le crime. Nous avons besoin d’un partenariat plus fort avec les communautés, basé sur une relation de confiance », a jugé le ministre.

Avec VOA




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »