Algérie: des stades de plus en plus saturés par manque d’infrastructures sportives

Partagez ceci :

Les jeunes dans certains régions de l’Algérie souffrent le martyr, avec le manque criard d’infrastructures sportives. Des jeunes qui ne savent point à quel saint se vouer. Au niveau de certaines municipalités, les terrains et les aires de jeu se font rare, ou à la limite sont dérisoires.

C’est l’exemple de cette localité se trouvant au niveau d’une wilaya du centre du pays, point de vue nombre d’habitants avec les 42.000 âmes.

Les jeunes souffrent de ce manque sachant que les terrains de proximité sont devenus impraticables et abandonnés à leur triste sort.

Au fur et à mesure que le nombre de clubs sportifs s’accroit, tout le monde se retrouve durant les mêmes heures de fin de travail pour des séances d’entraînements et les terrains deviennent de plus en plus trop exigus pour contenir les athlètes des différents clubs existants au niveau des chef-lieux de ces municipalités.

Tous ceux que nous  accostons sur cet état de fait disent que « Ce n’est pas normal du tout de voir des communes comme ne posséder qu’un seul terrain valable pour les entraînements. Le nombre d’équipes se multiplie d’année en année mais les infrastructures n’ont pas changé. Les clubs se retrouvent sur des surfaces de jeux très réduites, et cela n’arrange personne. Comment voulez-vous former de bons joueurs ou des athlètes d’avenir avec des espaces réduits comme ça ? Comment voulez-vous demander des résultats à ces jeunes assoiffés de pratiquer leurs sports favoris ?… ».

Les responsables locaux doivent s’occuper de la réfection et de la mise en bon état des stades existants, au moins pour absorber la surcharge sur le terrain principal, ou bien lancer des projets pour de nouveaux terrains. « Fort heureusement que la plupart des terrains ont des pelouses synthétiques, autrement dit, ça deviendra comme un champ de patate. ». Disent-ils encore.

A quand le bout du tunnel pour ces jeunes et ces clubs ! L’attente risque d’être longue.