Accueil / Africa top success / Angola: MPLA vs UNITA, dernière ligne droite de la campagne électorale

Angola: MPLA vs UNITA, dernière ligne droite de la campagne électorale

Partagez ceci :

Les Angolais sont appelés aux urnes pour les élections législatives le 24 août. Parmi les enjeux majeurs du scrutin : la situation économique. Après cinq ans de récession, l’Angola a renoué avec la croissance en 2021. Mais le « miracle » promis par le président João Lourenço ne s’est pas produit : l’économie de ce pays pétrolier peine à se diversifier et le chômage est au plus haut.

L’UNITA, le parti de l’ opposition de longue date, devançait le MPLA de sept points d’après les sondages, même si près d’un électeur sur deux restait indécis.

Cette élection marque également la quatrième depuis la guerre civile de 2002 et la première fois que des personnes nées après la guerre sont en âge de voter. Bien que le Movimento Popular de Libertação de Angola ( MPLA) soit au pouvoir depuis près de cinq décennies, les citoyens sont de plus en plus agités car la richesse pétrolière (l’Angola est le deuxième plus grand producteur de pétrole en Afrique) ne se répercute pas sur le peuple et les conditions de vie continuent de s’aggraver. L’Angola reste fortement dépendant du pétrole, car il constitue 92% de toutes les exportations et environ la moitié du PIB total.

Des funérailles d’opportunités

La dépouille de José Eduardo dos Santos est arrivée en Angola malgré la rude bataille famille qui se poursuit entre les enfants ainsi que l’épouse du défunt ex Président de l’Angola. Ses funérailles devraient avoir lieu le 28 août, a déclaré un porte-parole du MPLA, Rui Falcao.

Du côté de l’opposition, on accuse le MPLA de chercher à exploiter politiquement les funérailles de José Eduardo dos Santos.

MPLA contre UNITA

Le MPLA gouverne l’Angola depuis son indépendance du Portugal en 1975. Il était dirigé par l’ancien président José Eduardo dos Santos de 1979 jusqu’à ce que l’actuel président João Lourenço prenne le pouvoir en 2017.

Le parti d’opposition de longue date União Nacional para a Independência Total de Angola (UNITA) a été dirigé par Jonas Savimbi de 1976 jusqu’à sa mort en 2002. Il est dirigé par Adalberto Costa Jùnior depuis 2019 ( il a fédéré avec lui les forces de l’opposition et des la jeunesse angolaises ). Clairement considéré comme une menace par Lourenço, la Cour constitutionnelle a décidé en mai que l’UNITA ne pouvait pas former une coalition pour contester, comme elle l’avait prévu avec deux autres partis minoritaires. Plusieurs sources renseignement également que Adolberto bénéficierait du soutien politique des enfants de dos Santos, bien que loin de la Angola.

Entre sondages et réalité

Selon Afrobaromètre, « la proportion d’Angolais qui disent qu’ils voteraient pour le parti challenger UNITA lors d’une hypothétique élection présidentielle a augmenté depuis 2019, tandis que la part des partisans déclarés du MPLA au pouvoir a diminué».

A noter qu’aujourd’hui, «les personnes de moins de 30 ans représentent plus des deux tiers de la population angolaise et pourraient facilement être le groupe démographique qui façonne l’élection», disent les experts.

En Angola, le scrutin présidentiel est indirect. Les députés choisiront, après les législatives, le vainqueur du parti qui obtient le plus de sièges devient automatiquement président.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »