Accueil / A la Une / Côte d’Ivoire : accusé de viol, le ministre KKB risque-t-il gros ?
Ivory Coast's presidential candidate Kouadio Konan Bertin reacts as he attends a press conference in Abidjan on November 3, 2020, after the announcement of country's October 31, 2020 presidential election result result. - Ivory Coast President Alassane Ouattara was re-elected to a contested third term on November 3, 2020 after a vote marred by deadly unrest and a boycott by the opposition, who vowed to set up a rival "transitional" government. (Photo by Issouf SANOGO / AFP)

Côte d’Ivoire : accusé de viol, le ministre KKB risque-t-il gros ?

Partagez ceci :

La justice ivoirienne a ouvert une enquête après des accusations de viol portées par une jeune chanteuse contre le ministre de la Réconciliation nationale, Kouadio Konan Bertin alias KKB. Interrogé mardi soir sur le sujet, à la télévision nationale RTI, le ministre a assuré n’avoir « rien à se reprocher ».

« C’est un dossier pénal qui est entre les mains de la justice », a-t-il ajouté.

Lundi, dans un document audio diffusé sur internet, une artiste ivoiro-camerounaise, qui affirme avoir été une collaboratrice de M. Bertin, l’a accusé de l’avoir violée en avril dernier, à Divo (200 kilomètres à l’ouest d’Abidjan), où elle dit avoir été emmenée de force.

Mercredi, la Ligue ivoirienne des droits des femmes a « demandé aux autorités judiciaires d’enquêter sur cette affaire afin que la lumière soit faite », dans un communiqué.

Elle précise qu’elle « accompagnera » la plaignante dans la procédure.

A rappeler que KKB avait été le seul adversaire d’Alassane Ouattara à l’élection présidentielle d’octobre 2020, à l’issue de laquelle il avait recueilli 1,99% des voix.

Deux mois plus tard, le candidat malheureux sera nommé ministre de la Réconciliation nationale.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »