Accueil / A la Une / Côte d’Ivoire : du rififi au GPS, Soro joue les médiateurs

Côte d’Ivoire : du rififi au GPS, Soro joue les médiateurs

Partagez ceci :

La famille politique de Génération des Peuples Solidaires (GPS) de Guillaume Soro est agitée depuis un bon moment. Des bisbilles suscitées par des attaques et contre-attaques entre membres de GPS et Alain Lobognon. Vautré dans un silence assourdissant depuis le début de la crise interne, Guillaume Soro prend enfin la parole et appelle au calme et à la sérénité.

Emprisonné depuis décembre 2019, l’ancien ministre de la Jeunesse et des Sports et proche de Guillaume Soro a été libéré le 23 juin dernier à la suite d’un procès où il a été condamné à 17 mois d’emprisonnement.

Alors qu’il avait déjà purgé, 18 mois de prison, Alain Lobognon a été libéré et a entamé des actions pour réconcilier son mentor, Guillaume Soro en exil et le président Alassane Ouattara.

Une action visiblement contestée par certains proches de l’ancien président de l’Assemblée Nationale qui se sont lancés dans un pugilat d’insulte avec Alain Lobognon.

Guillaume Soro n’apprécie guère ces violences verbales qui ont court au sein de sa famille politique et en appelle au sens de responsabilité de tous ses militants.

« J’ai observé une longue cure de silence. Je l’ai rompu à l’occasion de la chute de l’ex-président Guinéen. Il se trouve qu’à GPS le ton semble agité et passionné. Je le réprouve. Force doit rester aux idées malgré le désaccord. Stoppons l’escalade », a-t-il lancé sur son compte Facebook avant de préciser.

« Chacun a donné dans la surenchère. Tous les membres et sympathisants de GPS doivent privilégier le dialogue et l’amour en politique, en toute circonstance et dans toutes les chapelles », a exhorté l’ancien chef des Forces Nouvelles.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »