Accueil / Pays / Afrique de l’Ouest / Côte d’Ivoire : pourquoi Ouattara et Gbagbo sont (de nouveau) à couteaux tirés ?

Côte d’Ivoire : pourquoi Ouattara et Gbagbo sont (de nouveau) à couteaux tirés ?

Partagez ceci :

Énième revirement de situation entre le chef de l’État et son prédécesseur. Tel un feu de paille, la grande complicité observée le 14 juillet lors de la rencontre entre Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo n’aura pas duré bien longtemps. Les relations entre les deux hommes se sont à nouveau dégradées. Les raisons.

Après avoir envisagé d’assister aux festivités, Laurent Gbagbo a finalement décliné l’invitation. L’ex-chef de l’État a préféré prendre un bain de foule, dans la soirée de ce même 7 août, au palais des congrès du Sofitel Ivoire d’Abidjan, où Aïcha Koné, la diva de la musique ivoirienne, célébrait ses 40 ans de carrière.

Pourquoi l’ancien président du Front Populaire Ivoirien (FPI) a-t-il choisi de décliner l’invitation à la dernière minute ?

D’après Jeune Afrique, Laurent Gbagbo a estimé qu’Alassane Ouattara n’avait pas rempli une grande partie des engagements évoqués lors de la fameuse rencontre du 14 juillet, à savoir la libération d’un certain nombre de militaires incarcérés.

L’ancien président avait en revanche beaucoup plaidé en faveur de la libération d’une quinzaine de militaires, dont les généraux Dogbo Blé, ancien commandant de la Garde républicaine, et Vagba Faussignaux, ex-commandant de la marine. Il avait aussi insisté sur le sort des colonels Ohoukou Mody et Jean Aby, du commissaire Osée Loguey et des commandants Jean Abehi et Anselme Séka Yapo.

Dans l’attente des libérations et de mesures de pardon, renseigne notre source, Laurent Gbagbo espérait avoir obtenu partiellement gain de cause. Pourtant, seuls le général Vagba Faussignaux et le commandant Abehi ont bénéficié de la liberté conditionnelle grâce à un décret présidentiel publié le 6 août, en même temps que la grâce présidentielle accordée à Laurent Gbagbo.

Une annonce insuffisante aux yeux de l’ancien président, qui a ainsi considéré que l’esprit de la rencontre du 14 juillet avait été trahi et a décidé d’annuler sa venue à Yamousoukro le 7 août.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »