Home / A la Une / Covid-19 en Afrique : les secrets du taux de guérison record au Sénégal

Covid-19 en Afrique : les secrets du taux de guérison record au Sénégal

Partagez ceci :

À quoi tient ce miracle ? Beaucoup s’interrogent sur le cas sénégalais dans ce contexte de pandémie du Covid-19. Avec 314 cas déclarés depuis le 2 mars, l’on enregistre 190 cas guéris et sortis de l’hôpital le 15 avril. Soit un taux de guérison record de 60,5% avec deux morts. Alors qu’en Algérie, le taux de mortalité est de plus de 15%.

À titre de comparaison, souligne Jeune Afrique, le Maroc, où l’épidémie est arrivée en même temps, n’enregistrait le 14 avril que 11% de patients guéris, l’Algérie 30%, l’Afrique du Sud 18% et le Cameroun 15%.

Il faut noter que depuis le début du mois avril, le pays voit même son nombre de patients hospitalisés baisser, avec 121 cas sous traitement le 15 avril, contre 143 il y a dix jours.

Par ailleurs, pour nombre de spécialistes, le traitement à l’hydroxychloroquine contribuerait fortement à l’obtention de ces resultats spectaculaires.

« Les patients sous hydroxychloroquine guérissent plus vite », avait déclaré lors d’une conférence de presse le 2 avril, le professeur Moussa Seydi, chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital de Fann, où sont admis une partie des malades.

Et pourtant…

Le Sénégal est loin d’afficher les mesures sanitaires les plus drastiques du continent. Il n’est pour l’instant pas question d’un confinement en dehors des heures de couvre-feu, de 20 heures à six heures du matin, contrairement à l’Afrique du Sud qui l’a imposé dès le 26 mars.

Pas d’obligation non plus de porter un masque, comme c’est le cas au Maroc, bien que la mesure soit en discussion. Ni même de mise à l’isolement de Dakar, qui a enregistré 196 cas depuis le début de l’épidémie, contrairement à Abidjan, dont il est interdit d’entrer et de sortir depuis le 29 mars.

Quant à la distanciation sociale prônée partout dans le monde, elle ne semble exister que sur les panneaux de sensibilisation ayant essaimé dans les rues de Dakar.

Peu de cas sévères

Comment expliquer ces bons résultats, alors que les mesures sanitaires sont a priori plus souples que dans d’autres pays du continent ?

« Le Sénégal a eu très peu de cas sévères et a pris en charge ses patients avec beaucoup de célérité : les résultats des prélèvements sont disponibles dans les 24 heures, tous les patients testés positifs ont systématiquement été hospitalisés, qu’ils présentent des symptômes ou non, et leurs contacts immédiats ont été confinés« , résume le professeur Bousso.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »