Accueil / Pays / Afrique de l’Est / Covid-19 : ‘la Tanzanie guérit ses patients par la prière’, John Magufuli
John-Magufuli

Covid-19 : ‘la Tanzanie guérit ses patients par la prière’, John Magufuli

Partagez ceci :

Le président tanzanien John Magufuli, a assuré dimanche que le nombre de personnes infectées est au rabais dans le pays, grâce aux prières des Tanzaniens, renseigne africanews.


“Nous avons commencé avec Dieu et nous finirons avec Dieu. Quand on voit ce qu’il se passe dans nos hôpitaux, il est évident que Dieu a répondu à nos prières”, a déclaré M. Magufuli qui a pris la parole lors d’une messe donnée dans une église de sa ville de Chato (nord-ouest), retransmise à la télévision.

Selon notre source le chef de l’Etat a cité plusieurs hôpitaux en exemple, où le nombre de patients a selon lui chuté : l’hôpital d’Amana dans la capitale économique Dar es Salaam est passé de 198 cas positifs de Covid-19 à 12 dimanche. Celui de Lulanzi sur la côte en comptait 22 dimanche au lieu de 50 il y a peu.

La Tanzanie a officiellement recensé 480 cas de nouveau coronavirus, dont 16 morts, un bilan qui date du 29 avril et qui n’a pas été actualisé depuis, y compris par le chef de l’Etat dimanche. Seul l’archipel semi-autonome de Zanibar continue d’actualiser le nombre de cas, a ajouté le média.

Courant avril, M. Magufuli avait reproché au ministère de la Santé d’alimenter la panique de la population en annonçant régulièrement le nombre de nouveaux cas.
“Au train où vont les choses, nous pourrons de nouveau programmer trois jours de prières pour remercier Dieu de l’issue (de la crise), probablement à partir de vendredi prochain” a ajouté M. Magufuli, qui se trouve depuis le 28 mars à Chato, la ville de son enfance sur les bords du lac Victoria, rapporte la même source.

M. Magufuli, qui a confié qu’un de ses enfants avait contracté la Covid-19 et qu’il en avait guéri grâce à des inhalations, du citron et du gingembre, n’a pas exclu d’autoriser la réouverture des universités et le retour des compétitions sportives prochainement si la diminution des cas devait se confirmer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »